Ecoutez Radio Sputnik
    Conseil de sécurité de l'Onu

    Affaire Skripal: Moscou n'exclut pas qu’un attentat ait été commis contre les Russes en UK

    © AP Photo / Seth Wenig
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (100)
    11441

    La Russie poursuivra ses efforts pour obtenir du Royaume-Uni la possibilité de «coopérer à part entière sur l’affaire Skripal» et pour trouver «les réponses à toutes les questions», a déclaré l'ambassadeur russe à l'Onu Vassili Nebenzia.

    Intervenant lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à l'affaire Skripal, l'ambassadeur russe à l'Onu Vassili Nebenzia a supposé que Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été victimes d'un attentat commis contre des citoyens russes.

    «Pourquoi n'obtenons-nous pas d'accès consulaire aux citoyens russes qui ont probablement été victimes d’un attentant sur le sol de la Grande-Bretagne?», a demandé l'ambassadeur russe à l'Onu, Vassili Nebenzia.

    Évoquant «les insinuations» des autorités britanniques, le diplomate a souligné qu'en l'absence de preuves réelles l’enquête ne peut  être considérée comme close.

    «Sous nos yeux, l'argument principal de l'origine russe de la substance [A-234, ndlt.] sur la base duquel est fondé tout le système de preuves de l'implication de la Russie s'est désintégré », a-t-il ajouté.

    Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down n'ont pas été en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat de l'ex-agent double Serguei Skripal et de sa fille Ioulia au Royaume-Uni.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (100)

    Lire aussi:

    Skripal: le renseignement de certains pays probablement derrière «cette méga-provocation»
    Moscou: l’existence et les activités du laboratoire UK de Porton Down posent des questions
    Et si Londres avait possédé par avance l’antidote pour sauver les Skripal?
    Tags:
    Sergueï Skripal, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik