Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    Facebook fera-t-il fuir ses utilisateurs un par un?

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    6152

    Alors que le scandale sur le détournement de données personnelles s’amplifie, Facebook a reconnu que ses 2 milliards d’utilisateurs étaient exposés au vol de leurs données. À vouloir «rendre le monde plus ouvert», Facebook l’aura juste rendu plus méfiant. Entretien avec Antoine Lefébure, expert des technologies de la communication.

    Un de vendu, dix de volés. En France, plus de 200.000 utilisateurs français de Facebook auraient été touchés par le scandale Cambridge Analytica. La société aurait profité d'une application tierce baptisée «Thisisyourdigitallife», un «questionnaire» que seulement 76 personnes en France ont installé, mais qui a touché en réalité 211.591 personnes «car elles étaient amies avec une personne ayant installé l'application thisisyourdigitallife», explique le réseau…

    Les chiffres ne cessent de gonfler. D'après la Commission européenne, qui cite un chiffre communiqué par Facebook, les données personnelles de «jusqu'à 2,7 millions» d'utilisateurs européens ont pu être transmises de «manière inappropriée» à la firme britannique Cambridge Analytica (CA).
    Empêtré dans l'affaire CA, qui utilisait des données personnelles à des fins politiques, Mark Zuckerberg a tenté de jouer la carte de la transparence et a reconnu lui-même que la quasi-totalité de ses 2 milliards d'utilisateurs était de fait exposée au vol de leurs données.
    À quelques jours d'une audition au Congrès, le réseau social, «pris la main dans le sac», n'avait pas d'autre choix que la transparence, mais la confiance est déjà rompue, estime Antoine Lefébure, historien et expert des technologies de la communication.

    «C'est un aveu a posteriori, pris la main dans le sac. Il faut le relativiser, estime l'expert. Il prépare la deuxième phase, en disant que la fonctionnalité de recherches d'utilisateurs qui rendait tout utilisateur de Facebook piratable, cette fonctionnalité disparaît.»

    Pris dans la tourmente, une tourmente qui devient néanmoins quelque peu récurrente, Facebook en profite pour tenter de redorer son blason à peu de frais. Mercredi 28 mars, le réseau annonçait des mesures «pour aider [ses] utilisateurs à mieux comprendre [ses] outils», en rendant notamment plus accessible des paramètres liés à la vie privée et à la sécurité, où il sera possible «de contrôler [ses] données en quelques clics».
    Un coup de comm', puisqu'aucune de ces mesures n'est révolutionnaire: elles sont déjà imposées par l'UE. Néanmoins, elles témoignent d'une certaine «bonne volonté», selon Antoine Lefébure:

    «Ils vont supprimer quelques fonctionnalités qui permettaient aux entreprises de pirater les données via des prestations techniques. Ça va un peu améliorer les choses, mais ça ne va pas les changer fondamentalement. […] c'est un témoignage de bonne volonté qui ne va pas leur coûter très cher techniquement.»

    La Commission européenne avait demandé la semaine dernière au réseau social de lui fournir des explications sur le scandale lié à la société Cambridge Analytica. Par le biais de l'un de ses porte-parole, Christian Wigand a fait savoir qu'il allait «étudier dans le détail» la réponse du réseau social.
    «Mais il apparaît déjà que d'autres discussions seront nécessaires», a-t-il ajouté, précisant qu'il y aurait un «appel téléphonique en début de semaine prochaine» entre la Commissaire européenne chargée de la Justice, Vera Jourova, et la numéro 2 de Facebook, Sheryl Sandberg.

    «C'est possible qu'il y ait des sanctions financières. Il y a déjà des interrogations sur le modèle économique et le fait qu'il ne paie pas d'impôt. Cela va être utilisé contre Facebook pour les faire payer un peu plus», estime l'expert des technologies de la communication.

    Dans la foulée, un appel à supprimer Facebook est apparu sur le réseau. Mais l'indignation devrait se limiter à une méfiance accrue, plus qu'à une réelle défection en masse:

    «Je ne pense pas qu'il va y avoir une grande vague de désinscription. Je pense surtout que les gens vont être plus vigilants et attentifs à ne pas mettre des données qui peuvent être communiquées à des entreprises.»

    Quant à savoir si Facebook va changer son modèle économique, c'est-à-dire se payer en utilisant les données qui sont sur le réseau, Antoine Lefébure en doute: «C'est la seule manière de rentabiliser son service»:

    «Il n'y a aucun moyen pour Facebook de changer son modèle économique. La publicité ne suffit pas, alors que Google est beaucoup plus fort en publicité et donc peut faire évoluer plus facilement son modèle économique d'utilisation de données personnelles». 

    Lire aussi:

    Comment une société pro-Trump s'est emparée des données de 50 millions de profils Facebook
    Facebook sommé de s’expliquer après le siphonnage des informations de 50 M d’utilisateurs
    Facebook révèle combien de profils auraient été exploités par Cambridge Analytica
    Tags:
    Facebook, Inc, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik