Ecoutez Radio Sputnik
    Israël

    Le prince saoudien pose une condition préalable pour la normalisation avec Israël

    CC0 / edu_castro27
    International
    URL courte
    421258

    Le prince héritier de l’Arabie saoudite a déclaré que son pays ne peut pas établir de relations avec Israël avant qu’une solution pacifique au conflit palestinien ne soit trouvée. Dans le même temps, il a indiqué que les deux pays ont un ennemi commun et pourraient développer une coopération économique.

    L'Arabie saoudite et Israël combattent un ennemi commun représenté par l'Iran et peuvent collaborer dans de multiples domaines économiques, mais des relations diplomatiques entre les deux pays ne peuvent pas être établies avant que le conflit palestinien ne soit réglé, a déclaré le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, dans une interview pour le journal américain Time.

    «Il me semble que nous avons un ennemi commun et […] qu'il y a beaucoup de domaines pour une potentielle coopération économique. Mais nous ne pouvons pas développer de relations avec Israël avant de résoudre la question de la paix [en Palestine, ndlr] puisque les deux [la Palestine et Israël, ndlr] ont le droit de vivre et de coexister», a expliqué le prince saoudien.

    Selon lui, l'Arabie saoudite soutiendra le processus pacifique au Proche-Orient et dès que la question palestinienne sera résolue, Riyad pourra établir de bonnes relations avec Israël.

    «Nous essayerons de soutenir une solution pacifique. Et aussitôt que cela se produira, le lendemain nous aurons de bonnes relations régulières avec Israël et cela sera pour le bien de tout le monde», a précisé Mohammed ben Salmane.

    Fin mars, les tensions entre les forces israéliennes et les Palestiniens se sont accentuées dans la bande de Gaza sur fond des manifestations du 30 mars qui ont coûté la vie à 21 Palestiniens. Cette date est connue sous le nom de la Journée de la Terre, lors de laquelle les Palestiniens commémorent les Arabes qui ont perdu la vie dans les manifestations du 30 mars 1976 contre la confiscation de leurs terres.

    Le 6 avril, sept Palestiniens ont été tués et plus de 400 blessés par des soldats israéliens lors de manifestations près de la frontière entre Gaza et Israël.

    Lire aussi:

    Un «CRS» faisant la fête avec les Gilets jaunes: une révélation inattendue des policiers
    L’avocat de Christian Quesada dégaine une information choc sur la sexualité de son client
    La Voix du Nord enfonce le clou sur son refus de publier une interview de Macron
    Tags:
    Mohammed ben Salmane Al-Saoud, conflit israélo-palestinien, relations diplomatiques, Palestine, Arabie Saoudite, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik