Ecoutez Radio Sputnik
    RQ-4B Global Hawk

    Que fait un drone américain au-dessus du Donbass?

    © AP Photo / Northrop Grumman via U.S. Navy, Erik Hildebrandt
    International
    URL courte
    16241

    Un drone de la force aérienne américaine est en train d'effectuer une mission au-dessus de la ligne de séparation dans le Donbass ukrainien.

    Un drone RQ-4B Global Hawk de l'US Air Force a entamé lundi une mission de reconnaissance le long de la ligne de séparation entre forces ukrainiennes et milices populaires des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, témoignent des sites occidentaux suivant les déplacements de l'aviation militaire.

    Selon leurs données, le drone en question a décollé de la base aérienne de Sigonella, en Sicile, avant de franchir la frontière entre l'Ukraine et la Roumanie au nord de la Moldavie et de mettre le cap sur le Donbass.

    Dotée d'une portée de reconnaissance allant jusqu'à 200 km, le drone RQ-4B Global Hawk est capable de surveiller non seulement les républiques autoproclamées du Donbass, mais également une importante partie des territoires russes frontaliers.

    Le 4 avril dernier, un autre drone américain avait effectué une mission de surveillance dans la région, théâtre depuis 2014 de la confrontation entre les forces gouvernementales et les milices qui a fait près de 10.000 morts, selon les estimations de l'Onu, ainsi que d'importantes destructions. Plus de 1,5 million de personnes résidant dans la zone de conflit ont dû quitter leurs foyers.

    Lire aussi:

    Un avion et un drone US ont longtemps patrouillé près des frontières russes
    Des appareils américains en mission de reconnaissance dans le Donbass et près de la Crimée
    Le Donbass mis sous surveillance par l’armée américaine
    Tags:
    reconnaissance, crise en Ukraine, drone, ONU, République populaire autoproclamée de Lougansk (RPL), République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), US Air Force, Donbass, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik