International
URL courte
Attaque chimique présumée à Douma (81)
311231
S'abonner

«Nous ne permettrons à personne – que ce soit un membre permanent ou non permanent du Conseil de sécurité de l’Onu – de faire avec nous ce qui a été fait avec l’Irak et la Libye», a déclaré à l’Onu le représentant de la Syrie.

La Syrie ne permettra pas la reproduction dans le pays les scénarios irakien et libyen de ruine et de changement de pouvoir, a déclaré mardi le représentant syrien à l'Onu Bachar al-Jaafari.

«Je voudrais dire aux pays occidentaux: vos menaces d'agression, vos manœuvres, votre mensonge et votre terrorisme ne nous pousseront jamais, en tant qu'un des États fondateurs de cette organisation, à quitter la voie de nos droits et de respect de nos engagements conformément à notre constitution nationale. […] Nous ne permettrons à personne — que ce soit un membre permanent ou non permanent du Conseil de sécurité de l'Onu — de faire avec nous ce qui a été avec l'Irak et la Libye», a indiqué le diplomate lors d'une séance du Conseil de sécurité de l'Onu.

Au début de son discours, les représentants de la France, des États-Unis et du Royaume-Uni avaient, comme de coutume, quitté la salle.

«Nous pouvons voir leurs navires dans la partie est de la mer Méditerranée. Ils ont attendu le veto pour commencer leur agression», a ajouté Bachar al-Jaafari à l'issue du vote.

Le Conseil de sécurité de l'Onu a examiné mardi deux projets de résolution, un russe et un américain, sur l'instauration d'un nouveau mécanisme d'enquête concernant le recours aux armes chimiques en Syrie. Le projet proposé par les États-Unis a été bloqué par la Russie tandis que le projet russe n'a pas obtenu de voix nécessaires.

 

Dossier:
Attaque chimique présumée à Douma (81)

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
La plus forte augmentation de cas de Covid-19 en France en 24h depuis des mois
Entre théories du complot et déclarations officielles, quel est l’élément déclencheur des explosions à Beyrouth?
Tags:
Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Bachar al-Jaafari, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook