International
URL courte
Attaque chimique présumée à Douma (81)
6440
S'abonner

La Russie déploiera jeudi sa police militaire dans Douma, dans la Ghouta orientale, théâtre d’une attaque chimique présumée le 7 avril, d’après Viktor Poznikhir, chef adjoint de la direction opérationnelle principale de l’état-major russe.

La police militaire russe entrera jeudi dans la ville syrienne de Douma, une banlieue de Damas, a annoncé mercredi à Moscou Viktor Poznikhir, chef adjoint de la direction opérationnelle principale de l’état-major russe.

«A partir de demain, des unités de la police militaire russe seront déployées à Douma pour garantir la sécurité, maintenir l’ordre public et aider les résidents», a indiqué le général lors d’un point presse.

Selon le militaire, les habitants de la Ghouta orientale reçoivent déjà une aide humanitaire de l’Onu et du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«Nous avons assuré le passage de trois convois humanitaires de l’Onu qui ont acheminé 445 tonnes de produits alimentaires, des médicaments et des produits de première nécessité. Les militaires russes ont fourni 518 tonnes de produits alimentaires, des cuisines ambulantes, plus de 9.000 litres d’eau en bouteilles, 8.456 ensembles de draps, plus de 114.000 lots alimentaires», a précisé le général.

Par ailleurs, le gouvernement syrien a déjà lancé la reconstruction des infrastructures civiles dans la Ghouta orientale.


Dossier:
Attaque chimique présumée à Douma (81)

Lire aussi:

Le nombre de cas quotidiens de Covid-19 en légère baisse en France
Messages de haine, boycotts, menaces: de plus en plus de professionnels harcelés à cause du pass sanitaire
Des milliers de Parisiens réunis pour une nouvelle manifestation contre le pass sanitaire – vidéos
Un policier reçoit un coup de couteau à Ivry-sur-Seine - vidéo
Tags:
Syrie, Douma, Ghouta orientale, Viktor Poznikhir, Etat-major de l'Armée russe, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, police militaire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook