International
URL courte
616134
S'abonner

Les sous-marins britanniques doivent s'approcher à portée de tir de la Syrie conformément à un ordre émis par la Première ministre Theresa May. Londres pourrait porter sa frappe dès jeudi, d'après le journal The Daily Telegraph.

Theresa May aurait ordonné d'envoyer des sous-marins britanniques opérant en Méditerranée à distance de frappe de la Syrie, a annoncé mercredi soir le journal The Daily Telegraph qui se réfère à des sources au sein du gouvernement.

Selon le journal, Mme May a convoqué une réunion urgente du cabinet des ministres, interrompant ainsi leurs vacances pascales, pour discuter de l'éventuelle opération militaire britannique.

Londres pourrait porter sa frappe dès jeudi soir.Le porte-parole du Premier ministre a refusé de commenter les informations sur la disposition de Londres de porter une frappe contre la Syrie, d'après Reuters.

D'après The Daily Telegraph, Theresa May n'aurait pas pris de décision définitive sur la participation du Royaume-Uni à une opération militaire en Syrie, mais elle voudrait être en mesure de tirer des missiles de croisière Tomahawk contre des cibles en Syrie.

Des pays occidentaux ont accusé les autorités syriennes d'avoir mené une attaque chimique sur Douma, une banlieue de Damas. Moscou a démenti les informations sur une bombe au chlore que les militaires syriens auraient largué sur Douma. Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que cette intox était destinée à justifier les actions des terroristes et les éventuelles frappes étrangères.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un prêtre orthodoxe grièvement blessé par balles devant une église à Lyon - vidéos
L’entrée de la grande mosquée de La Mecque défoncée par une voiture – vidéo
«Expulsion des islamistes»: des affiches représentant le Christ ensanglanté dans les rues de Béziers – photo
Tags:
frappe de missile, sous-marins, Tomahawk, The Daily Telegraph, Theresa May, Royaume-Uni, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook