Ecoutez Radio Sputnik
    L'hôpital de Salisbury qui a accueilli Sergueï et Ioulia Skripal

    Des journalistes réussissent à pénétrer dans l’hôpital où est soigné Skripal (vidéo)

    © Sputnik . Alexey Filippov
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (101)
    12602

    Des journalistes de la chaîne russe Ren TV se sont rendus à l'hôpital où est soigné Sergueï Skripal, cet ex-espion empoisonné à Salisbury dont le dossier fait couler beaucoup d'encre. Aucun moyen de protection pour le personnel, aucune pancarte pour signaler le danger dans l'établissement qui héberge pourtant la victime d'une grave intoxication.

    Une équipe de correspondants de la chaîne russe Ren TV a réussi à prendre des images dans l'hôpital où est soigné Sergueï Skripal, l'ex-agent double empoisonné à Salisbury. Contraints d'effacer tout ce qu'ils avaient filmé, les journalistes ont quand même réussi, avec l'aide de spécialistes, à obtenir une copie technique de la vidéo.

    La première chose qui saute aux yeux est que le personnel circule dans un uniforme médical habituel. Qui plus est, rien n'évoque le danger que pourraient courir les médecins et les visiteurs. Or l'hôpital héberge un patient victime d'un empoisonnement très sérieux, à en juger d'après les déclarations des autorités britanniques.

    Aucun écriteau non plus pour signaler le danger de contamination. Seule une pancarte annonçant que le plancher est glissant se trouve au bas d'une porte supposée être celle du service où est soigné Sergueï Skripal, soulignent les journalistes de la chaîne.

    Aucun policier de service. Les deux agents croisés dans le couloir ne font que hausser les épaules quand les journalistes leur demandent où il est possible de préciser l'état de santé de Sergueï Skripal. Puis ils partent, cédant la place aux vigiles qui, eux, sont beaucoup moins aimables. Il a fallu cesser de filmer, car ils se sont tout simplement jetés sur l'équipe de tournage.

    Pourtant, la police qu'ils ont appelée n'avait aucune question à poser aux journalistes.

    Et cet étrange manque de cohérence se manifeste dans tous les détails, indiquent les correspondants. Les vigiles redoutables qui gardent l'ancien espion accourent lentement en un quart d'heure. Les autorités annoncent leur volonté de raser le restaurant et le pub où Sergueï Skripal et sa fille se sont rendus la veille de leur empoisonnement, ainsi que leur maison, mais aucun moyen de protection n'est utilisé par les infirmières dans cet hôpital où les victimes ont passé plus d'un mois.

    La fille de l'ex-espion, Ioulia, qui a pu quitter l'établissement la veille, a disparu. La direction de l'hôpital affirme qu'elle se trouve «dans un endroit en sécurité». Le ministère russe des Affaires étrangères exige de lui fournir des preuves du départ volontaire de la citoyenne russe.

    Le moindre détail concernant l'enquête est refusé à la Russie. Selon toute évidence, Sergueï Skripal disparaîtra tout aussi mystérieusement.

    Le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a demandé à Londres à plusieurs reprises de lui permettre de participer à cette enquête.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (101)

    Lire aussi:

    Affaire Skripal discutée par Poutine et Macron? Le Kremlin met les points sur les i
    Moscou ne sait pas si les Skripal sont en vie
    Ioulia Skripal serait sortie de l’hôpital
    Tags:
    empoisonnement, vidéo, hôpital, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Theresa May, Salisbury, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik