Ecoutez Radio Sputnik
    Harald Kujat (archives photo)

    Avec un Macron «inexpérimenté»: un général met en garde contre la guerre avec Moscou

    © AFP 2018 Belga/ Jacques Collet
    International
    URL courte
    9436619

    Après que le Président Trump a menacé de lancer une attaque sur la Syrie, un ancien chef d’état-major de la Bundeswehr, Harald Kujat, met en garde contre les conséquences que l’escalade du conflit aura pour l’Europe. Le général a notamment évoqué le «manque d’expérience» du Président Macron.

    Le monde est au seuil d’une «guerre chaude» entre deux puissances nucléaires qui peut avoir «un impact négatif important» pour la sécurité des Européens, mais aucun dirigeant actuel, ni le Président Macron ni la chancelière Merkel, n’est en mesure de l’éviter, a déclaré jeudi le général à la retraite Harald Kujat, ancien chef d’état-major de la Bundeswehr dans une interview

    «Nous avons un Président français inexpérimenté impliqué dans l’escalade, une Première ministre britannique sous forte pression intérieure et un Président américain erratique qui menace la superpuissance stratégique nucléaire qu’est la Russie, mais aussi annonce une attaque», a indiqué Harald Kujat.

    Selon le général, l’état actuel des relations internationales n’a rien à avoir avec la période de la Guerre froide. Il rappelle plutôt la situation avant la Première guerre mondiale «où les forces ont aussi glissé dans la guerre comme des somnambules».

    «Même aujourd'hui, nos hommes politiques sont clairement incapables d’évaluer correctement les conséquences sécuritaires et stratégiques d’un conflit potentiel et les répercussions qu'il aura pour notre sécurité», a noté M.Kujat.

    Le Président américain a menacé mercredi de frapper prochainement la Syrie par des missiles «intelligents». «Tiens-toi prête, Russie, (…)», a-t-il écrit sur Twitter. Les experts ont mis en garde contre un conflit militaire direct entre les États-Unis et la Russie. Plus tard, Donald Trump a baissé le ton, indiquant que la frappe de missiles n’était qu’une option et qu’une décision en ce sens n’avait pas encore été prise.

    L’annonce d’une opération militaire contre Damas a fait suite à des accusations formulées par des pays occidentaux contre les autorités syriennes qu’ils jugent responsables de la présumée attaque chimique du 7 avril à Douma, dans la Ghouta orientale. Ces accusations ont été rejetées par la Syrie et la Russie après que les militaires russes n’ont trouvé aucune trace d’attaque chimique à Douma. 

    Qui plus est, l’état-major général russe avait prévenu dès le 13 mars que les radicaux de la Ghouta orientale préparaient une provocation avec l’emploi d’armes chimiques pour donner aux États-Unis un prétexte pour attaquer le Président el-Assad.

    Les informations sur une frappe imminente sont diffusées alors que l’armée syrienne qui lutte contre les terroristes dans la Ghouta orientale remporte succès sur succès. Le départ des extrémistes de cette banlieue de Damas réduit les possibilités du départ du Président al-Assad tant espéré par les États-Unis.

    Lire aussi:

    La Russie empêchera un nouveau recours à la force contre Damas
    Kremlin: aucune preuve attestant l’emploi d’armes chimiques à Douma
    Trump promet de «très bonnes réponses» sur la Syrie
    Tags:
    guerre mondiale, Harald Kujat, Donald Trump, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Europe, Syrie, France, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik