Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau syrien

    Le Figaro: Douma passe sous contrôle du gouvernement avec l’aide de la Russie

    © REUTERS / Omar Sanadiki
    International
    URL courte
    8380

    La ville de Douma, dernier bastion des radicaux dans la Ghouta orientale, est entièrement contrôlée par les forces gouvernementales syriennes, constate ce jeudi Le Figaro, précisant que cela a été rendu possible en vertu d'accords entre la Russie et les membres de groupes radicaux qui tenaient la ville.

    Selon Le Figaro, les forces du gouvernement syrien ont repris le contrôle de la ville de Douma, dernier rempart tenu par les radicaux du groupe Jaysh al-Islam dans la région de la Ghouta orientale.

    Le ministère russe de la Défense a annoncé que des unités de la police militaire russe s'étaient déployées jeudi dans la ville pour y être «la garantie de la loi et de l'ordre», précise le journal qui rappelle que, selon l'accord entre Moscou et les radicaux, seule la police militaire russe entrerait dans la ville dans un premier temps et non l'armée syrienne cantonnée aux entrées de la ville.

    «La levée du drapeau de l'État sur un bâtiment de la ville de Douma marque le contrôle sur cette localité et de fait sur l'ensemble de la Ghouta orientale», a dit le général Iouri Evtouchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, cité par Le Figaro.

    Avec le soutien de ses alliés, la Russie et l'Iran, l'armée syrienne a lancé une offensive au début du mois de février dans la Ghouta orientale, près de Damas, rappelle le quotidien. À l'issue de bombardements intenses, elle a entamé une opération terrestre, mais «comme pour de précédentes batailles du conflit syrien, ce sont finalement des accords» entre la Russie et les radicaux qui ont rendu possible la prise de Douma, poursuit Le Figaro.

    Dans ce contexte, les membres des groupes radicaux Ahrar al-Cham et Faylaq al-Rahmane ont accepté de capituler en échange de leur évacuation vers Idlib. Les membres de Jaysh al-Islam ont pour leur part refusé de se joindre à cette entente et sont restés à Douma devenue, fin mars, l'unique ville de la Ghouta orientale non reprise par les forces gouvernementales, note le journal. Un premier accord entre la Russie et Jaysh al-Islam, finalement signé le 1er avril, prévoit que les radicaux n'iront pas à Idlib, mais dans le nord de la Syrie, une zone sous contrôle turc.

    «Néanmoins, selon RFI, cet accord est refusé par une partie importante des combattants de Jaysh al-Islam, ce qui entraîne la reprise des combats. Finalement, le 8 avril, un nouvel accord est conclu», indique encore Le Figaro.

    L'évacuation des derniers membres de Jaych al-Islam est en cours à Douma. Viktor Poznikhir, chef adjoint de la direction opérationnelle principale de l'état-major russe, a annoncé que des radicaux avaient d'ores et déjà remis à la partie russe plus de 400 unités d'armes, y compris des mitrailleuses lourdes, des lance-grenades, des fusils de précision et d'assaut.

    Depuis le début de l'opération humanitaire, 166.644 personnes ont été évacuées de la Ghouta orientale avec l'aide du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    Lire aussi:

    Ghouta orientale: un millier de radicaux et membres de leurs familles évacués de Douma
    Les destructions dans la Ghouta orientale vues depuis les airs (vidéo)
    Un accord trouvé pour évacuer les radicaux de Jaysh al-Islam de la Ghouta orientale
    Tags:
    évacuation, accords, contrôle, RFI, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), Le Figaro, Viktor Poznikhir, Iouri Evtouchenko, Moscou, Douma, Ghouta orientale, Syrie, Iran, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik