International
URL courte
4361
S'abonner

La vie humaine n’avait plus aucune valeur et les radicaux de Jaysh al-Islam pouvaient assassiner à tout moment ceux qu’ils séquestraient. Les Syriens libérés de la tristement célèbre prison al-Touba, dans la Ghouta orientale, se souviennent des horreurs qu’ils ont endurées.

«Je n’ai jamais vu une telle haine ailleurs. C’est effroyable, un homme qui décide qu’un autre est infidèle parce qu’il ne connaît pas tout de l’islam. On a été déclarés hérétiques parce que nous, les militaires, défendions la patrie», témoigne Ali Barhoum.

Cet homme et sa famille ont été capturés il y a 5 ans. Ils ont alors été transportés de la ville d’Adra vers Douma. «Nous, les hommes, on était obligés de creuser des tunnels, quant aux femmes, elles devaient cuisiner, nettoyer, raccommoder les vêtements. Pour avoir le droit à manger, il fallait remplir le plan», se souvient-il.

L’alimentation est une question à part entière. Comme le précise l’interlocuteur de l’agence, à cause de la famine vécue au quotidien, même des personnes bien en chair se sont transformées en véritables squelettes ambulants.

«On nous donnait un morceau de pain ou une assiette de bouillie par jour. Des plats chauds, il y en avait très rarement. D’habitude, on nous donnait à manger une fois par jour ou une fois tous les deux jours», témoigne l’homme. Une autre difficulté est l’hygiène : il n’y avait que trois cabines de douche, toutes sans portes.

Des proches et des voisins affluent dans la maison du colonel Mouin Dayoub pour le féliciter à l’occasion de sa libération. Malgré toutes les horreurs vécues en prison, il reste persuadé que le pays est pour tous.

«Il faut pardonner et vivre tous ensemble comme auparavant», avoue-t-il, ajoutant que son plus grand rêve est que son pays retrouve la paix.

Lire aussi:

Une voiture fonce sur une terrasse en centre-ville de Fontainebleau, plusieurs blessés
Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Sous-marins australiens: «Ce qu'il vient de se passer» pèsera sur l’avenir de l’Otan, selon Le Drian
Véran confirme un possible allégement concernant le pass sanitaire
Tags:
Syrie, Ghouta orientale, Douma, Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), tortures, otage, famine, prisonniers, témoignage, humiliation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook