Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires US en Syrie

    Les États-Unis ont pour objectif de «créer un État kurde en Syrie»

    © AFP 2018 AHMAD AL-RUBAYE
    International
    URL courte
    Attaque chimique présumée à Douma (79)
    13736

    Pour comprendre quel est l’objectif des États-Unis au Proche-Orient, il faut revenir aux récents événements de la crise syrienne, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Yunus Soner, vice-président du Bureau pour les relations internationales du parti turc Vatan qui n’est pas représenté au Parlement.

    Par leurs actions au Proche-Orient, les Américains s’appliquaient à créer un État kurde dans le nord de la Syrie et à contraindre par le chantage et les menaces les acteurs régionaux, notamment Damas, Moscou et Ankara, à le reconnaître, a indiqué Yunus Soner à Sputnik.

    «Le Président des États-Unis Donald Trump a récemment déclaré que les soldats américains seraient retirés du territoire syrien. La décision de cesser d'aider les forces kurdes à aménager la région sous leur contrôle dans le nord de la Syrie a été le premier pas concret en ce sens. Mais après toute cette histoire d'une l'attaque chimique présumée à Douma s'est produite», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que cela était révélateur de cette pression à laquelle était soumis le Président américain à l'intérieur même de son pays.

    «Les médias américains, le secrétaire à la Défense Mattis et le Pentagone se sont mis à critiquer vertement Trump. On disait même qu'une seule frappe contre la Syrie ne suffirait pas et qu'il fallait mettre en œuvre tout un plan de longue haleine contre les autorités syriennes.

    Certains médias américains ont même écrit de quel plan il s'agissait au juste. Les États-Unis comptaient, selon eux, garantir la sécurité d'un corridor créé par eux dans le nord de la Syrie et lancer une opération militaire qui oblige Damas et Moscou à en reconnaître la légitimité», a expliqué M.Soner.

    Selon ce dernier, au nom de l'unité de la Syrie et de la Turquie, pour la paix universelle et la stabilité dans la région, le gouvernement turc doit agir de concert avec la Russie, l'Iran et les autorités syriennes.

    «La Turquie doit fermer au plus vite la base aérienne d'Incirlik. Cet acte signifierait la victoire de la Turquie face à l'agression des États-Unis.

    Le gouvernement turc doit se rendre bien compte qu'il possédait un important instrument», a souligné l'interlocuteur de Sputnik.

    Et de résumer que par leurs actions dans la région les Américains s'appliquaient à «créer un État kurde en Syrie et à contraindre par le chantage et les menaces les acteurs régionaux, notamment Damas, Moscou et Ankara, à le reconnaître».

    Donald Trump a menacé lundi dernier de prendre des mesures militaires contre les autorités syriennes après le recours supposé de celles-ci à des substances toxiques dans la ville syrienne de Douma.

    Dossier:
    Attaque chimique présumée à Douma (79)

    Lire aussi:

    La stratégie US au Proche-Orient décrite par l’ancien chef du renseignement militaire turc
    Les Kurdes face à leurs responsabilités
    Opération «Rameau d'olivier»: les premiers résultats de l'offensive turque à Afrine
    Tags:
    président, sécurité, Kurdes, Pentagone, Yunus Soner, James Mattis, Donald Trump, Douma, Proche-Orient, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik