Ecoutez Radio Sputnik
    Congrès des États-Unis

    Trump lance une opération en Syrie sans l’aval du Congrès, les élus US s’expriment

    © Sputnik . Edouard Pessov
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)
    28713

    De nombreux élus américains ont fustigé Donald Trump pour sa décision de mener des frappes contre la Syrie sans demander l’approbation du Congrès. Selon eux, il s’agit d’une mesure «illégale» qui entre en contradiction avec la Constitution du pays.

    Les avis des membres du Congrès américain sont partagés au sujet des frappes menées par la coalition dirigée par les États-Unis dans la nuit du 13 au 14 avril. Bien que la plupart d'eux aient approuvé cette décision, nombreux ont été également ceux qui ont souligné que cette opération avait été effectuée sans l'approbation du Congrès, ce qui constitue une violation de la Constitution américaine.

    «La décision de [Donald] Trump de lancer des frappes aériennes contre la Syrie sans l'approbation du Congrès est illégale. Nous devons cesser d'offrir aux Présidents un chèque en blanc pour faire la guerre. Aujourd'hui c'est la Syrie, mais qu'est-ce qui l'empêchera de bombarder l'Iran ou la Corée du Nord la prochaine fois?», a écrit l'élu des Démocrates Tim Kaine sur sa page Twitter.

    «Cette frappe est inconstitutionnelle et constitue une escalade dangereuse du conflit syrien. Le peuple américain mérite un vote afin de décider si nous commençons une guerre contre la Syrie et, potentiellement, contre la Russie et l'Iran», a déclaré un autre congressiste, Ro Kanna.

    ​Justin Amash, représentant du Michigan, a, à son tour, rappelé que c'était la constitution américaine qui obligeait le Président de demander l'approbation du Congrès.

    «Ces frappes offensives contre la Syrie sont inconstitutionnelles, illégales et irresponsables. Le futur président de la Chambre [des représentants, ndlr] doit réhabiliter les pouvoirs de guerre du premier article de la Constitution. @SpeakerRyan a complétement abdiqué l'une de ses responsabilités les plus importantes.»

    ​Les représentants du parti démocrate ont également critiqué Donald Trump pour l'absence de stratégie cohérente en Syrie.

    «La dernière attaque chimique contre le peuple syrien constituait un crime de guerre inhumain. Mais une nuit de frappes aériennes ne peut pas se substituer à une stratégie cohérente», estime une Démocrate Nancy Pelosi.

    ​«Nous avons appris en Afghanistan et en Irak les dangers de mener des actions militaires sans objectifs bien formulés et sans stratégie de sortie. Si le Président veut faire la guerre, le peuple américain et le Congrès doivent prendre part à la prise de cette décision», a écrit Jeff Merkley, sénateur de l'Oregon.

    ​Jack Reed, membre du comité des services armés du Sénat américain, a publié un communiqué sur son site dans lequel il a déclaré qu'«une action punitive isolée» ne pouvait pas remplacer une stratégie globale visant à mettre fin au conflit syrien». Il a également souligné que Donald Trump s'était retrouvé «coincé» à cause de ses «tweets impulsifs».

    Selon le journal américain The New York Times, les Républicains ont approuvé l'opération de la coalition internationale en Syrie.

    Dans la nuit du 13 au 14 avril la coalition internationale dirigée par les États-Unis a mené une série de frappes contre la Syrie en représailles à l'attaque chimique présumée dans la Ghouta orientale dont les pays de la coalition attribuent la responsabilité à Damas.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)

    Lire aussi:

    Ces 18 tweets où Trump fustigeait l’idée des frappes en Syrie
    «Sois prête, la Russie»: Trump avertit Moscou avant de frapper la Syrie
    Le Twitter de Trump compte une vingtaine de messages hostiles à toute frappe sur la Syrie
    Tags:
    députés, frappe aérienne, Chambre des représentants des Etats-Unis, Sénat des États-Unis, Congrès des États-Unis, Donald Trump, Washington, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik