International
URL courte
Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (114)
14721
S'abonner

Bien que le chef de la diplomatie française ait affirmé qu'une deuxième phase de frappes contre la Syrie n’était pas envisagée pour le moment, Israël a pris la décision de fermer une partie de son espace aérien au-dessus des hauteurs du Golan.

Israël a fermé une partie de l'espace aérien au-dessus des hauteurs du Golan après les frappes réalisées dans la nuit de vendredi à samedi par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France contre la Syrie, a rapporté le média israélien, Yediot Aharonot.

Selon le journal, il s'agit d'un territoire s'étendant des hauteurs du Golan à l'est du Jourdain. Il est interdit aux compagnies aériennes de voler dans cette zone à la hauteur de plus de 1.500 kilomètres.

Le journal précise également que cette partie de l'espace aérien restera fermée jusqu'à la fin du mois d'avril.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d'infrastructures militaires en Syrie. Cette coalition tripartite a tiré plus de 100 missiles (l'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles) dont la plupart ont été abattus à l'approche de leurs objectifs.

Le chef de la diplomatie française a affirmé que l'objectif des frappes «contre l'arsenal chimique syrien a été atteint» et qu'il n'y avait pas à ce stade de deuxième phase envisagée, indique Reuters.

Moscou a violement fustigé les frappes, affirmant que par leurs actions, les États-Unis laissaient faire les terroristes en Syrie. La Russie a également annoncé samedi convoquer une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu.

Dossier:
Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (114)

Lire aussi:

Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Covid-19: la deuxième vague, une fiction?
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Macron propose à Philippe une mission en vue de 2022 après sa démission
Tags:
espace aérien, frappe aérienne, Royaume-Uni, Hauteurs du Golan, Israël, Syrie, France, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook