International
URL courte
24284
S'abonner

Le pilonnage de Damas et de ses environs avec des obus tirés par des radicaux a repris ce vendredi, a annoncé le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Vendredi, des radicaux ont repris le pilonnage de la capitale syrienne et de ses environs, a annoncé samedi Iouri Evtouchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en Syrie, précisant que les obus lancés par des extrémistes avaient déjà fait des victimes. 

«Les pilonnages de Damas et de ses environs ont repris hier. Des membres de bandes armées illicites ont pilonné au mortier un carrefour dans […] le sud de Damas depuis Mokhayam Al-Yarmouk», indique-t-il dans un communiqué.

Et de préciser que l'attaque a fait quatre blessés, dont deux mineurs.

La mission humanitaire se poursuit

Les frappes occidentales n'ont pas perturbé la conduite des opérations humanitaires dans la Ghouta orientale, a ajouté M.Evtouchenko.

«En dépit des frappes des forces de le coalition sur Damas et ses environs, les opérations humanitaires dans la Ghouta n'ont pas cessé pas», a-t-il précisé.    

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré 103 missiles (l'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles) dont 71 ont été abattus à l'approche de leurs objectifs, d'après le ministère russe de la Défense.

Moscou a violemment fustigé les frappes, affirmant que par leurs actions, les États-Unis laissaient faire les terroristes en Syrie. La Russie a également annoncé samedi convoquer une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu.

Lire aussi:

Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
radicaux, mortier, pilonnage, victimes, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Iouri Evtouchenko, Ghouta orientale, Damas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook