Ecoutez Radio Sputnik
    Le Kremlin de Moscou et le drapeau russe

    Moscou nie fournir des technologies à double usage à Damas, les déclarations US fausses

    © Sputnik . Vladimir Vyatkin
    International
    URL courte
    Attaque chimique présumée à Douma (79)
    50955

    La Russie n’a jamais fourni à la Syrie des technologies à double usage, les déclarations mises en avant par les États-Unis sont fausses, a indiqué à Sputnik le premier vice-président de la commission de la défense du Conseil de la Fédération, le sénateur Evgueni Serebrennikov.

    Les autorités russes n’ont jamais fourni de technologies à double usage à Damas, a fait savoir ce dimanche à Sputnik le premier vice-président de la commission de la défense du Conseil de la Fédération, le sénateur Evgueni Serebrennikov, réagissant ainsi aux déclarations de l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley, selon lesquelles de nouvelles sanctions contre la Russie seront annoncées le 16 avril à cause de l’attaque chimique présumée en Syrie.

    «La Russie n’a jamais fait livrer de technologies à double usage, ces déclarations provenant des États-Unis sont un autre mensonge et fake», a-t-il notamment déclaré.

    D’après lui, en dépit du fait que tout «cela n’est pas très bon», la Russie est prête à de nouvelles sanctions.

    «Cela n’est pas facile […] mais elles [les sanctions, ndlr] portent aussi atteinte aux États-Unis et à l’Europe», a souligné le sénateur russe.

    Plus tôt dans la journée, l'ambassadrice américaine auprès des Nations unies Nikki Haley a déclaré, dans un entretien accordé à la chaîne CBS, que le secrétaire américain du Trésor Steven Mnuchin allait annoncer le 16 avril de nouvelles sanctions qui seraient imposées directement à l'encontre de toute entreprise russe «qui a travaillé à l'équipement de Bachar el-Assad et à l'utilisation d'armes chimiques».

    Cette déclaration est intervenue le lendemain des frappes effectuées par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France dans la nuit du 13 au 14 avril contre la Syrie. Le bombardement a été mené au prétexte d’une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques de cet État suite à l’attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Une mission de l'OIAC est arrivée le 14 avril à Damas pour enquêter sur l'attaque chimique prétendue à Douma, c’est-à-dire après le bombardement des pays occidentaux.

    Dossier:
    Attaque chimique présumée à Douma (79)

    Lire aussi:

    Nouvelles sanctions contre la Russie: Maria Zakharova explique ce qui tracasse les USA
    Les États-Unis annoncent quand ils retireront leurs troupes de Syrie
    Lavrov: la frappe occidentale contre la Syrie visait à saper la mission de l'OIAC
    Tags:
    frappe de missile, attaque chimique, sanctions, Nikki Haley, Evgueni Serebrennikov, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik