Ecoutez Radio Sputnik
    Maria Zakharova

    Présence d’armes chimiques en Syrie? Zakharova met les points sur les i

    © Sputnik . Eugene Odinokov
    International
    URL courte
    391081

    Pendant que l’Occident accuse Damas d’avoir procédé à une attaque au chlore à Douma, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, rappelle le fait que les armes chimiques en Syrie ont été détruites par l'OIAC, alors que les USA reportent les délais de destruction de leurs propres armes.

    Les armes chimiques en Syrie ont été détruites, et l'OIAC l'«a signé», a indiqué la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, dans une émission sur la chaîne russe Rossiya 1.

    «Les armes chimiques en Syrie ont été détruites. L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a signé ce document. Ce sont des extrémistes et des radicaux qui utilisent des produits chimiques en Syrie. C'est un fait prouvé. Et chaque fois qu'une nouvelle ville, une localité, un village est repris par l'armée syrienne, on y trouve des caches avec des produits chimiques. Cela est prouvé par le réel, par les faits», a déclaré Maria Zakharova.

    Selon la porte-parole de la diplomatie russe, il y avait «beaucoup de chimie d'origine différente» en Syrie. Et pour déterminer l'origine de ces armes chimiques, comme l'a rappelé Mme Zakharova, la Russie avait présenté un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'Onu il y a quelques années, bloquée plus tard par Washington.

    «Qui, pensez-vous, a bloqué ce projet? Les États-Unis et toute cette polyphonie, qu'ils ont tout simplement écrasée par son poids», a noté Maria Zakharova.

    Elle a également rappelé que les armes chimiques n'avaient pas encore été détruites aux États-Unis même:

    «Nous parlons beaucoup des armes chimiques syriennes. Pour le moment, les Américains n'ont pas détruit leurs armes chimiques, et ils ne vont pas les détruire dans un proche avenir. Les délais sont reportés au milieu des années 2020».

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés sur la Syrie, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, informe le ministre russe de la Défense. Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques de cet État suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Une mission de l'OIAC est arrivée le 14 avril à Damas pour enquêter sur l'attaque chimique prétendue à Douma, c'est-à-dire après le bombardement des pays occidentaux.

    Lire aussi:

    Les inspecteurs de l'OIAC entrent dans Douma
    Lavrov: la frappe occidentale contre la Syrie visait à saper la mission de l'OIAC
    Les experts de l’OIAC travaillent en Syrie sous pression, selon Moscou
    Tags:
    armes chimiques, OIAC, Maria Zakharova, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik