Ecoutez Radio Sputnik
    Congrès des États-Unis

    Le Kremlin qualifie les sanctions US d’«attaque de raiders»

    © AFP 2018 SAUL LOEB
    International
    URL courte
    11352

    En annonçant leur volonté d’introduire de nouvelles sanctions antirusses, Washington tente d’éliminer ses concurrents sur les marchés internationaux, estime le porte-parole du Kremlin. Selon lui, il s’agit d’«une attaque économique internationale de raiders».

    Les sanctions que les États-Unis entendent imposer sur la Russie ne sont pas liées à la situation en Syrie, en rappelant «des attaques économiques internationales de raiders», a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

    «Nous sommes convaincus que n'importe quel économiste peut déceler dans certaines sanctions des tentatives implicites d'ériger un système de concurrence injuste […] d'éliminer des marchés internationaux des concurrents qui, dans ce cas, sont représentés par des sociétés russes. Cela n'a absolument rien à voir avec la situation en Syrie où dans n'importe quel pays du monde. Il ne peut s'agir de rien d'autre que, je dirais, d'une attaque économique internationale de raiders», a-t-il dit.

    Selon M. Peskov, les autorités russes continuent d'essayer de garantir la stabilité de la situation économique sur fond d'introduction de sanctions.

    «Le gouvernement russe poursuit ses efforts […] afin de assurer la stabilité du système économique. A peu près chaque jour ces questions sont discutées et des mesures nécessaires sont prises», a précisé le porte-parole du Kremlin.

    Le 15 avril, l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley a déclaré, dans un entretien accordé à la chaîne CBS, que le secrétaire américain du Trésor Steven Mnuchin allait annoncer le 16 avril de nouvelles sanctions qui seraient imposées directement à l'encontre de toute entreprise russe «qui a travaillé à l'équipement de Bachar el-Assad et à l'utilisation d'armes chimiques».

    Cette déclaration de Nikki Haley intervient le lendemain des frappes effectuées par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France dans la nuit du 13 au 14 avril contre la Syrie. Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques de cet État suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    Lire aussi:

    Moscou nie fournir des technologies à double usage à Damas, les déclarations US fausses
    Attaque chimique présumée en Syrie: les USA imposeront des sanctions contre la Russie
    Les États-Unis annoncent quand ils retireront leurs troupes de Syrie
    Tags:
    sanctions, Kremlin, Dmitri Peskov, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik