Ecoutez Radio Sputnik
    Base militaire Shayrat en Syrie. Photo d'archive

    Iran: Israël va payer pour sa frappe contre la Syrie

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    23714

    Téhéran s’est indigné de la supposée attaque contre l'aéroport syrien de Shayrat qui serait intervenue lundi. Cependant, l’agence de presse syrienne Sana vient de démentir cette information, faisant état d’une fausse alerte.

    L'Iran a qualifié d'«action agressive» la frappe supposément réalisée par des militaires israéliens contre une base aérienne en Syrie, menaçant de réagir à l'attaque, a fait savoir lundi le journal israélien Haaretz, citant Bahram Ghassemi, le porte-parole de la diplomatie iranienne, commentant la supposée attaque qui s'est cependant avérée ensuite être une simple fausse alerte.

    «Le régime sioniste occupant recevra, tôt ou tard, une réponse appropriée à ses actions», a-t-il indiqué.

    Le responsable a également considéré l'attaque comme inacceptable, ajoutant que l'armée syrienne était «capable de défendre son territoire et le fera».

    L'agence de presse syrienne Sana avait annoncé que la défense aérienne syrienne avait repoussé une attaque de missiles qui aurait visé l'aéroport de Shayrat. Aucune victime ne serait à déplorer. Mardi, la même agence a précisé qu'il s'agissait d'une fausse alerte.

    Selon le portail Al-Masdar, Israël se tenait derrière l'attaque. Ses avions militaires qui ont attaqué la base auraient été visés par des missiles syriens.

    Le Pentagone a démenti son implication dans la frappe, affirmant que les États-Unis ne menaient pas d'opérations dans la province de Homs. Israël n'a pas confirmé son implication dans l'incident.

    Lire aussi:

    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Brigitte Macron déclare forfait après des huées et des sifflets au stade de Reims (vidéo)
    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    Tags:
    base aérienne de Shayrat, Bahram Ghassemi, Shayrat, Iran, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik