Ecoutez Radio Sputnik
    Les lieux de l'attaque aux missiles occidentales contre Damas (14 avril 2018)

    Kurdes syriens: l’attaque chimique présumée à Douma loin d’être la vraie cause des frappes

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)
    8432

    Trois partis kurdes syriens condamnent la frappe portée par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni contre la Syrie. Les représentants du Parti de l'union démocratique (PYD), du Conseil national des Kurdes syriens (ENKS) et du Parti démocratique-progressiste kurde révèlent à Sputnik la vraie cause de cette opération militaire.

    Les frappes occidentales de missiles contre la Syrie, qui risquent d’aggraver la crise syrienne, ont pour mission de transmettre un message politique à la Russie, ont déclaré mardi à Sputnik les responsables de trois partis kurdes syriens qui condamnent l’attaque lancée par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni.

    «Les forces occidentales n’ont pas attaqué la Syrie en raison de l’attaque chimique présumée ou dans le but d’établir la justice. Ils l’ont fait pour montrer à la Russie leur présence au Proche-Orient et notamment en Syrie. C’était une sorte de message politique», a notamment indiqué Fethi Muhammed, responsable du Parti de l'union démocratique (PYD).

    Il s’est dit préoccupé par les conséquences que les frappes, largement débattues dans les médias, peuvent avoir pour la situation en Syrie.

    Fuat Eliko, responsable du Conseil national des Kurdes syriens (ENKS), estime lui aussi que la coalition occidentale a lancé son attaque aux missiles pour faire passer un message à Moscou et que la crise diplomatique dans les relations entre la Russie et des pays européens a influé sur la décision d’attaquer la Syrie.

    «Par cette attaque, les États-Unis voulaient transmettre un message politique à la Russie qui avait beaucoup renforcé ses positions en Syrie et au Proche-Orient», a-t-il noté.

    Mustafa Hanifi, chef du Parti démocratique-progressiste kurde, a déclaré que l’emploi de la force n’était pas un bon moyen de régler la crise syrienne.

    «Nous avons publié une déclaration de protestation contre la frappe balistique sur la Syrie. Notre parti condamne toute attaque visant la Syrie, quel que soit le pays ou le groupe de pays d’origine», a indiqué M.Hanifi.

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, d’après le ministère russe de la Défense. Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques de cet État, suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux. 

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Une mission de l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) est arrivée le 14 avril, soit après le bombardement occidental, à Damas pour enquêter sur l'attaque prétendue à Douma.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)

    Lire aussi:

    Lavrov: la frappe occidentale contre la Syrie visait à saper la mission de l'OIAC
    La Russie et les USA étaient-ils proches d'une confrontation militaire en Syrie?
    Les inspecteurs de l'OIAC entrent dans Douma
    Tags:
    frappe de missile, Parti démocratique-progressiste kurde, Conseil national des Kurdes syriens (ENKS), Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Fethi Muhammed, Fuat Eliko, Mustafa Hanifi, Royaume-Uni, Syrie, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik