Ecoutez Radio Sputnik
    Cambridge Analytica

    Une ex-cadre de Cambridge Analytica laisse entendre le vrai nombre de victimes du scandale

    © AFP 2018 Daniel LEAL-OLIVAS
    International
    URL courte
    2313

    Le nombre d’utilisateurs de Facebook, dont des données personnelles ont été illégalement collectées par Cambridge Analytica, pourrait être de plus de 87 millions, selon le témoignage écrit donné aux députés du parlement du Royaume-Unis par l’ex-directrice du développement commercial de cette société britannique.

    Dans le témoignage écrit présenté aux membres du département de la Culture, des Médias et du Sport (DCMS) du parlement britannique, l'ex-directrice du développement commercial de Cambridge Analytica, Brittany Kaiser, indique que les internautes, dont les données personnelles ont été collectées par cette société, pourraient être beaucoup plus nombreux que les chiffres évoqués par Facebook.

    «Je crois qu'il est presque certain que le nombre d'utilisateurs de Facebook, dont les données ont été rassemblées par des moyens similaires à ceux utilisés par [Aleksandr, ndlr] Kogan est bien supérieur à 87 millions», a-t-elle déclaré.

    Mme Kaiser a fait savoir que de nombreux questionnaires avaient été utilisés pour collecter des données d'utilisateurs en plus du quiz de personnalité Thisisyourdigitallife qui figurait déjà dans l'investigation.

    «Je suis au courant d'un large éventail d'enquêtes qui ont été créées par Cambridge Analytica ou ses partenaires qui fonctionnaient généralement avec un login Facebook», a raconté Mme Kaiser.

    Elle a souligné qu'un de ces quiz était appelé «boussole sexuelle» sans plus de détails.

    Brittany Kaiser a aussi répondu affirmativement à la question du président du DCMS, le député Damian Collins, de savoir si ces services avaient pour objectif l'accumulation d'informations d'utilisateurs de Facebook.

    «Il est de notoriété publique que comme d'autres agences de marketing, nous collectons parfois des données personnelles en utilisant une plateforme de recherche avec une déclaration de consentement appropriée», a pour sa part annoncé un porte-parole de Cambridge Analytica cité par Business Insider.

    Quant à la société Facebook, elle a lancé sa propre enquête.

    «Nous allons procéder à un audit complet de toute application présentant une activité suspecte. Et si nous trouvons des développeurs qui ont mal utilisé des informations personnellement identifiables, nous les bloquerons et informerons les personnes concernées», a affirmé un porte-parole de Facebook.

    Les données d'au moins 87 millions de profils d'utilisateurs de Facebook, principalement des résidents américains, auraient été partagées avec Cambridge Analytica, a annoncé le 4 avril Mike Schroepfer, directeur de la technologie (CTO) de Facebook.

    Auparavant, The New York Times avait révélé que Cambridge Analytica avait utilisé illégalement les données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook pour évaluer les préférences politiques des électeurs et mieux cibler la campagne de l'élection présidentielle de l'actuel Président des États-Unis. Le procureur du Massachusetts, Maura Healey, a adressé aux dirigeants du réseau social une lettre leur réclamant des explications et a annoncé l'ouverture d'une enquête sur Facebook et Cambridge Analytica.

    Lire aussi:

    Cambridge Analytica révèle les clauses de son contrat avec Facebook
    Facebook sommé de s’expliquer après le siphonnage des informations de 50 M d’utilisateurs
    En quoi s’inscrire sur d’autres sites via son Facebook serait-il dangereux?
    Tags:
    cadres, quiz, internautes, utilisateurs, députés, enquête, données personnelles, Facebook, Cambridge Analytica, parlement britannique, Massachusetts, Royaume-Uni, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik