International
URL courte
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)
24381
S'abonner

Ni l’enquête de l'OIAC, ni les enquêtes de laboratoire menées par le laboratoire militaire britannique à Porton Down n'ont établi le pays d'origine du poison utilisé à Salisbury ainsi que le laboratoire qui aurait pu le produire, a déclaré Peter Wilson, représentant du Royaume-Uni à l'OIAC.

Dans le cadre de l’enquête sur l’affaire Skripal, l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et le laboratoire militaire britannique de Porton Down n’ont pas réussi à déterminer le pays ayant produit le poison utilisé à Salisbury, ni le laboratoire qui aurait pu le produire, a annoncé Peter Wilson, représentant du Royaume-Uni à l'OIAC.

Selon Peter Wilson, les échantillons prélevés par le Royaume-Uni ainsi que ceux prélevés par des laboratoires à la demande de l’OIAC ont confirmé l’utilisation de l'agent neurotoxique A-234.

Deux laboratoires habilités par l'OIAC ont prélevé des échantillons de l'environnement à Salisbury, deux autres laboratoires ont prélevé des échantillons biomédicaux, et les quatre échantillons ont révélé la présence de produits chimiques toxiques du type A-234. 

«Ni le Defence Science and Technology Laboratory, ni le rapport de l’OIAC, ne déterminent un pays ou un laboratoire à l'origine de la substance utilisée dans cette attaque», a-t-il conclu. 

Le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a demandé à Londres à plusieurs reprises de lui permettre de participer à cette enquête.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé samedi qu'un laboratoire indépendant situé en Suisse avait analysé les échantillons recueillis par l'OIAC à Salisbury et y avait détecté des traces de l'agent toxique connu comme le BZ. Sa formule faisait partie de l'arsenal de l'armée américaine, britannique ainsi que ceux d'autres pays de l'Otan.

 

Dossier:
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)

Lire aussi:

Néonazis en Ukraine: Moscou étonné par les propos de Jean-Yves Le Drian
Le nombre de cas quotidiens de Covid-19 en légère baisse en France
Messages de haine, boycotts, menaces: de plus en plus de professionnels harcelés à cause du pass sanitaire
«C’est lamentable!»: une clinique privée refuse une patiente sans pass sanitaire
Tags:
Londres, Royaume-Uni, Sergueï Skripal, OIAC, enquête, empoisonnement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook