Ecoutez Radio Sputnik
    Downing Street, 10

    Royaume-Uni: à quoi sert la cybermenace russe «imaginaire»?

    © Sputnik . Alex MacNaughton
    International
    URL courte
    170
    S'abonner

    Le Royaume-Uni n’éprouve aucune préoccupation réelle face aux cybermenaces qui émaneraient de la Russie bien que la campagne antirusse se soit déchaînée dans ce pays, selon le porte-parole de l’ambassade russe à Londres.

    «Après une préparation d'artillerie de plusieurs jours, des publications ont paru enfin aujourd'hui, notamment dans le Daily Telegraph, d'après lesquelles les forces armées britanniques sont à court de spécialistes capables de contrer des cybermenaces. Les coupes sombres dans les effectifs réalisées entre 2010 et 2015 ont abouti à une pénurie de 6.120 militaires qui devraient assurer cette activité. Au lieu de s'occuper de la planification normale de son armée, le gouvernement britannique intimide de manière préméditée sa population par une «menace russe» imaginaire. Soit dit en passant, rien n'est dit à propos d'autres pays», a déclaré aux journalistes le porte-parole de l'ambassade russe à Londres.

    Il a noté que de l'avis de l'ambassade, une telle politique antirusse s'inscrit dans le concept de sécurité nationale du Royaume-Uni et répond aux dernières déclarations de la Première ministre Theresa May.

    «Il est regrettable que le gouvernement britannique induise en erreur sa population une nouvelle fois. Pourtant, si le gouvernement britannique avait voulu mettre au clair ses relations avec notre pays en matière de sécurité cybernétique au niveau des spécialistes, il aurait profité de la proposition adressée par le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à Boris Johnson en décembre 2017 afin d'organiser des consultations de spécialistes et de lever de cette façon la préoccupation de Londres si elle a lieu», a noté le diplomate.

    «Nous constatons que les préoccupations n'existent pas, mais il y a une campagne antirusse déchaînée qui s'inscrit dans la ligne antirusse générale du gouvernement conservateur visant à imposer aux contribuables britanniques de nouvelles dépenses», a-t-il ajouté.

    Tags:
    cybermenaces, Theresa May, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik