International
URL courte
9400
S'abonner

Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a démenti les informations sur un militaire russe qui aurait été blessé dans le pilonnage d’un convoi de l’Onu dans la ville syrienne de Douma, les militaires russes ne se trouvant pas sur le site. Un responsable syrien de la sécurité a été légèrement blessé.

Les informations sur un militaire russe blessé pendant le pilonnage d’un convoi de l’Onu à Douma ne correspondent pas à la réalité. Un responsable syrien de la sécurité a été légèrement blessé, a indiqué le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«Un responsable de la sécurité syrienne a été légèrement blessé pendant la fusillade. Les militaires russes ne se trouvaient pas sur le lieu de l’incident», a indiqué le Centre.

«L’information du média russe Kommersant sur la prétendue blessure d’un officier russe dans la localité de Douma ne correspond pas à la réalité», précise le communiqué.

Selon le Centre pour la réconciliation, pendant la sécurisation du voyage de reconnaissance du personnel de l'Onu dans la ville de Douma une fusillade est survenue entre les représentants des forces de sécurité syriennes et des inconnus sur le périmètre extérieur de protection du convoi, le 17 avril.

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Les pays occidentaux soutiennent qu'une attaque chimique a eu lieu le 7 avril dans la ville de Douma, près de la capitale syrienne. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux.

Damas a qualifié les accusations contre l'armée syrienne liées aux armes chimiques de peu convaincantes. La partie syrienne a plus d'une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Lire aussi:

Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Christine Lagarde précise comment la crise va «changer profondément» les économies
«Homme blanc de droite», «gros cumulard»: une élue LFI n’apprécie pas la nomination de Castex et le fait savoir
Tags:
pilonnage, ONU, Douma, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook