Ecoutez Radio Sputnik
    Riyad

    Riyad sera-t-il un «allié majeur non-membre de l'Otan» des USA comme Tel Aviv ?

    © AFP 2019 Hassan Ammar
    International
    URL courte
    13023
    S'abonner

    Pour convaincre l’Arabie saoudite d’envoyer des troupes militaires arabes en Syrie tout en contribuant au financement nécessaire, les États-Unis seraient prêts à offrir le statut «d’allié majeur non-membre de l’Otan» à Riyad, ce qui le mettrait sur le même plan que Tel Aviv, Aman et Séoul, ont confié des responsables américains à CNN.

    L'administration américaine serait en train d'étudier l'idée d'offrir une «prime convaincante» à l'Arabie saoudite dans le but de la persuader  d'envoyer des forces armées arabes pour remplacer des troupes américaines, après la décision de Donald Trump de retirer ces dernières, selon des responsables américains cités le 19 avril par la chaîne de télévision CNN.

    Selon cette source proche du dossier, l'une des idées actuellement examinées par le Conseil de sécurité nationale américain est de proposer à l'Arabie saoudite de devenir un «allié majeur non-membre de l'Otan» si elle accepte d'envoyer des troupes en Syrie et de contribuer au financement nécessaire.

    Si l'Arabie Saoudite devenait un «allié majeur non-membre de Otan», selon ces responsables, cela serait une reconnaissance formelle de son statut de partenaire militaire stratégique des États-Unis, au même niveau que leurs principaux alliés que sont Israël, la Jordanie et la Corée du Sud.

    «Le statut "d'allié majeur non-membre de l'Otan" est une distinction faite à plusieurs pays. Cela renforcera le rôle des Etats-Unis en tant que garants de la sécurité saoudienne», a déclaré Nicholas Heras, expert du Moyen-Orient au Center for New American Security, cité par CNN. «Cela permettra de mettre sur le papier ce qui était un gentleman's agreement», a-t-il ajouté.

    Le mardi 17 avril, le ministre saoudien des Affaires étrangères a déclaré que Riyad menait des discussions avec Washington sur l'envoi de troupes en Syrie. «Nous menons des négociations avec les États-Unis depuis le début de l'année sur le déploiement des forces de la coalition antiterroriste internationale en Syrie. Mais ces propositions et cette idée ne datent pas d'hier», a indiqué le ministre cité par la chaîne de télévision Al-Ekhbariya.

    Le ministre saoudien a rappelé que son pays en avait déjà discuté avec l'administration du Président Barack Obama qui avait finalement décidé de «ne pas prendre de mesures concernant cette proposition».

    Le Wall Street Journal avait annoncé mardi que l'administration de Donald Trump souhaitait inviter des forces de certains pays arabes pour qu'elles remplacent le contingent américain en Syrie.

    Selon le journal, les troupes des pays arabes devraient œuvrer pour stabiliser la situation dans le nord-est de la Syrie après la victoire sur Daech*. John Bolton, le nouveau conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, aurait contacté à ce sujet le chef des services de renseignement égyptiens, Abbas Kamel.

    Mais Yahya Kadwani, vice-président de la commission parlementaire égyptienne, a déclaré à Sputnik que Le Caire ne déploierait ses troupes en Syrie qu'après l'approbation du Conseil de sécurité de l'Onu, mais que le Parlement du pays n'avait pas encore examiné ce dossier.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    alliés, CNN, OTAN, Adel al-Joubeir, Donald Trump, Arabie Saoudite, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik