Ecoutez Radio Sputnik
    Flags of Tunisia flutter at the city hall in Tunis on October 24, 2011

    L’étau que l’armée algérienne resserre sur les terroristes «a profité à la Tunisie»

    © AFP 2019 LIONEL BONAVENTURE
    International
    URL courte
    6410

    La situation sécuritaire stable de l’Algérie «profite» positivement à la Tunisie. La coopération entre les deux pays est «exemplaire», a fait savoir le ministère tunisien de l’Intérieur.

    «La coordination sécuritaire entre la Tunisie et l'Algérie est quotidienne et doit servir d'exemple», a déclaré Khalifa Chibani, porte-parole du ministère tunisien de l'Intérieur dans un entretien, ce vendredi, à la chaine de télévision Al Mayadeen.

    «La stabilité qui règne en Algérie a beaucoup profité à la Tunisie», a-t-il ajouté.

    Abordant la question du retour des terroristes tunisiens ayant participé à la guerre en Syrie, le responsable a fait savoir que pas moins de 820 terroristes seraient de retour au pays, tout en soulignant que «la coopération entre Tunis et Damas en matière de renseignement concernant cette question reste en deçà du niveau qu'elle devrait avoir».

    A propos du sort qui sera réservé à ces terroristes de Daech* dans le cas d'une arrestation lors de leur retour, Khalifa Chibani a affirmé que «son gouvernement réclame la mise en place d'une juridiction internationale pour les juger», tout en assurant que le groupe Jund El-Khilafa, le groupe radical actif en Tunisie sous la bannière de Daech*, «est aujourd'hui acculée et ne recrute plus dans les mosquées, mais désormais à travers la Toile».

    Abordant la question de la prolifération de terroristes dans le Sahel, le responsable tunisien a expliqué que «la menace future viendra certainement de la région subsaharienne, notamment du Mali et du Niger».

    Pour rappel, une force militaire africaine, le G5 Sahel (G5S), à laquelle participe le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad et la Mauritanie, s'est constituée sous les auspices de la France, dans le but de lutter contre le terrorisme dans la région du Sahel, en plus des forces françaises et américaines déployées dans cet espace géographique dans le même but.

    L'Algérie, qui s'était opposée à l'intervention de l'Otan en Libye, avait initié, quelques années avant la naissance du G5S, un mécanisme similaire impliquant des pays de la région. Il s'agissait du CEMOC (Comité d'État-major opérationnel conjoint), lancé en avril 2010 et basé à Tamanrasset. Cette structure réunissait, théoriquement, les forces armées des pays sahéliens sous l'égide de l'Algérie. Selon Akram Kharief, consultant algérien dans la défense et la sécurité, si l'Algérie boude le G5 Sahel, c'est justement parce qu'elle considère: « Qu'elle est la véritable initiatrice du projet, avec le CEMOC. L'Algérie est très étonnée de voir que la France débarque [en août 2014, ndlr] avec le même projet dans ses cartons sans rien demander à l'Algérie. Elle considère que c'est une initiative parallèle qui dilue les efforts de la lutte contre le terrorisme», a déclaré Kharief dans un entretien avec Sputnik.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    «Je ne veux pas tuer 10 millions de personnes»: Trump dit qu'il pourrait gagner la guerre en Afghanistan en une semaine
    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Un avion militaire libyen armé de missiles air-sol viole l’espace aérien tunisien et atterrit en urgence – images
    Tags:
    lutte antiterroriste, Jund El-Khilafa, Daech, Algérie, Tunisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik