Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong-un, leader  de la Corée du Nord

    Progrès sur la péninsule coréenne: à qui reviennent les lauriers?

    © Sputnik . Ilia Pitalev
    International
    URL courte
    6170
    S'abonner

    L’atténuation du problème nord-coréen dont on entrevoit le dénouement suite aux dernières déclarations de Kim Jong-un résulte des efforts collectifs des cinq pays qui participent aux pourparlers à six, selon un sénateur russe. Désormais c’est aux États-Unis de prendre des mesures afin de ne pas manquer cette opportunité d’une normalisation.

    Le progrès sur le dossier du nucléaire nord-coréen a été atteint grâce aux pourparlers à six, auxquels participent la Chine, la Corée du Sud, la Corée du Nord, les États-Unis, la Fédération de Russie et le Japon, et au fait que Moscou et Pékin ont maintenu les canaux de dialogue avec Pyongyang, a déclaré Konstantin Kossatchev, président de la Commission des Affaires étrangères du Conseil de la Fédération, commentant les dernières déclarations de Kim Jong-un.

    «En effet ce progrès, s'il est confirmé, a vu le jour grâce aux actions collectives de cinq sur six [pays impliqués dans les pourparlers, ndlr], chacun ayant eu son rôle et le maintien des canaux de dialogue avec Pyongyang par Moscou et Pékin étant un instrument pas moins efficace que les menaces publiques de la part de Washington de "rayer [Pyongyang, ndlr] de la carte du monde"», a déclaré le sénateur russe.

    Il a souligné qu'afin de normaliser la situation sur la péninsule coréenne, les décisions actuelles prises par la Corée du Nord ne sont pas suffisantes.

    «Ce qui est nécessaire ce sont les mesures de réponse rapides et démonstratives de la part de Washington. L'abandon de la rhétorique agressive et destructive. La reconnaissance des droits souverains de la RPDC [la Républiques populaire démocratique de la Corée, ndlr] à son propre modèle de développement.La réduction des activités militaires près des frontières avec la Corée du Nord. Le rétablissement du dialogue politique», a précisé M. Kossatchev.

    Le leader nord-coréen a déclaré samedi que Pyongyang cesserait d'utiliser son polygone d'essais nucléaires de Punggye-ri et gèlerait ses tests nucléaires et ses tirs de missiles balistiques intercontinentaux à partir du 21 avril.

    Kim Jong-un et le Président Donald Trump se sont précédemment entendus de se rencontrer en mai ou en juin, alors qu'un sommet intercoréen est programmé pour avril.

    Tags:
    pourparlers, nucléaire coréen, Conseil de la Fédération, Konstantin Kossatchev, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, Japon, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik