International
URL courte
13934214
S'abonner

Si Damas obtient des DCA russes et qu’il les actionne contre l’aviation israélienne, l’État hébreu ne laissera pas ce geste sans riposte, a promis le ministre israélien de la Défense.

Israël détruira les S-300, qui pourraient être livrés à Damas par Moscou, si la Syrie utilise ces systèmes de défense contre l'aviation de l'État hébreu, a déclaré Avigdor Liberman, ministre israélien de la Défense.

«Il est important pour nous que les armements défensifs que les Russes transmettent à la Syrie ne soient pas utilisés contre nous», a-t-il indiqué au site d'information israélien Ynetnews, commentant une possible livraison des S-300 à la Syrie.

«Au cas où ces armements seraient utilisés, nous agirons contre eux», a-t-il poursuivi.

Et d'ajouter: «Ce qui doit être clair, c'est qu'au cas où quelqu'un tirerait contre nos avions, nous le détruirons».

Évoquant les informations circulant dans la presse, le ministre a confirmé qu'Israël aurait demandé à Moscou de ne pas fournir des S-300 à Damas.

Avigdor Liberman a rappelé qu'une ligne de communication était ouverte entre Israël et la Russie. «En effet, nous menons un dialogue. Il est parfois complexe, mais ouvert. Au fil de nombreux années, nous coordonnons constamment nos actions et nous réussissons à éviter les frictions avec les Russes», a noté le ministre.

«Les seules qui agissent contre nous ce sont les Syriens. Quand des systèmes syriens opéraient contre nous, nous les détruisions», a ajouté M. Avigdor Liberman.

Citant deux sources au sein des cercles militaro-diplomatiques, le journal russe Kommersant a affirmé ce matin que la Russie envisagerait de transférer des systèmes de missiles antiaériens S-300 Favorit à la Syrie dans le cadre d'une assistance militaire et technique.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a de son côté fait savoir ce mardi que la décision concernant la livraison de S-300 n'était pas encore prise.

Interrogé à ce sujet, le porte-parole du Kremlin est quant à lui resté évasif refusant de commenter cette perspective, mais a rappelé dans ce contexte que la récente frappe occidentale avait considérablement aggravé le règlement de la situation.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Le corps d’un homme mort depuis six ans découvert grâce… à des pigeons
Macron au Liban: cette «déambulation dans les rues ressemblait plus à une campagne à l’adresse des Français»
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Tags:
S-300, Israël, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook