International
URL courte
8127
S'abonner

Plusieurs types de prisons avaient été aménagés par les radicaux de Jaych al-Islam à Douma lorsque ce groupe contrôlait la ville. Militaires, femmes et civils étaient placés dans des établissements à part, racontent des témoins.

Les radicaux du groupe Jaych al-Islam ont aménagé à Douma, la plus grande ville de la Ghouta orientale, plusieurs prisons qui ont abrité des centaines de personnes à la fois, ont raconté à Sputnik des habitants de la ville.

À l'intérieur d'une prison des radicaux à Douma
© Sputnik . Nour Molhem
À l'intérieur d'une prison des radicaux à Douma

La plus célèbre d'entre elles est la prison d'al-Taubeh («le repentir»).

Les radicaux exposaient leurs prisonniers à travers la ville dans des cages métalliques hissées sur des voitures. Cette action visait à la fois à punir ces personnes, à tourner des vidéos marquantes et à intimider les habitants. Les prisons comptaient parmi leurs détenus non seulement des civils, mais aussi des extrémistes d'autres groupes, ce qui provoquait parfois des conflits, selon les habitants.

Chaque prison avait sa «spécialisation». Al-Taubeh, dit-on, était réservée à ceux qui, à l'aide de supplices et de tortures, pouvaient encore changer. Les prisonniers écoutaient des conférences éducatives et étudiaient la charia et les normes adoptées par les extrémistes. Si un prisonnier souhaitait rejoindre leurs rangs, il était transféré dans la prison d'al-Kahf, où il suivait des cours d'entraînement spécial.

À l'intérieur d'une prison des radicaux à Douma
© Sputnik . Nour Molhem
À l'intérieur d'une prison des radicaux à Douma

La prison d'al-Batun était destinée aux soldats de l‘armée syrienne et aux radicaux d'autres groupes. C'est donc là-bas que les assassinats et les tortures étaient les plus répandus. Des habitants de Douma racontent que certaines cellules de la prison d'al-Taubeh se nommaient «al-Batun».

Les femmes étaient placées dans les prisons d'al-Safinah et d'al-Buq, selon les locaux.

Les forces du gouvernement syrien ont repris début avril le contrôle de la ville de Douma, dernier bastion tenu par les radicaux du groupe Jaysh al-Islam dans la Ghouta orientale.

Lire aussi:

«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Un soldat français retrouvé mort au Burkina Faso
Des militaires russes envoyés en Libye? Le Kremlin met les points sur les i
«Scène déchirante»: un chien figé dans de la poix découvert par des enfants en Argentine – images
Tags:
prison, Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), Douma, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook