Ecoutez Radio Sputnik
    Bachar al-Assad

    «La seule personne qui peut amener une certaine certitude politique en Syrie, c’est Assad»

    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    International
    URL courte
    12522

    À l’heure actuelle, le Président Assad, est «la seule personne qui a la possibilité de mettre de l’ordre dans le pays», a affirmé au micro de Sputnik Christian Verougstraete, membre honoraire du parlement flamand, avant d’évoquer l’avenir des relations entre Moscou et l’Occident.

    Sur fond des tensions actuelles sur l'arène politique mondiale, Christian Verougstraete, conseiller communal à Ostende et membre honoraire du parlement flamand évoque au micro de Sputnik la situation en Syrie et en Europe.

    Selon lui, l'objectif primordial aujourd'hui c'est le règlement de la crise syrienne et la restauration de la paix dans le pays, déchiré depuis sept ans par la guerre.

    «Je pense qu'on doit aboutir à une solution pour la Syrie. Il faut être réaliste, la seule personne qui peut amener une certaine certitude politique, c'est Assad. Bien que nous ne soyons pas toujours d'accord avec tout ce qui se passe, c'est un homme qui a la possibilité de mettre de l'ordre dans le pays», a-t-il affirmé.

    Il considère aussi que la décision du Président français de frapper la Syrie conjointement avec Washington et Londres est bien étrange et pourrait être le résultat de pressions:

    «C'est drôle parce qu'en principe M. Macron et M. Poutine avaient une relation assez positive. C'est drôle, c'est une évolution. […] C'est sous la pression des États-Unis, mais aussi de l'Angleterre, de toute cette affaire avec ce double espion, etc.», a supposé M. Verougstraete.

    La question principale, selon Christian Verougstraete, est de savoir distinguer dans le contexte actuel la réalité des mensonges.

    «Où est la réalité? Ça, c'est le problème. Personne ne sait, mais tout le monde dit: peut-être, peut-être pas, on n'est pas certain. Il faut faire attention à ce qu'on dit quand on prend des sanctions. Ce n'est pas positif aussi pour l'économie, par exemple de l'Angleterre. Parce que l'Angleterre se met hors de l'Europe dans quelques mois et devra avoir une économie positive et essayer d'aboutir à d'autres marchés, question de commerce. Pourquoi ne pas alors ouvrir la porte vers la Russie?», s'interroge-t-il.

    Dans le même temps, l'ex parlementaire flamand affirme que les tensions actuelles entre la Russie et l'Occident finiront par s'apaiser car ce ne sont pas «tous les pays qui sont sur la même onde» que les États-Unis et le Royaume-Uni et qu'il y a tout de même «d'autres pays qui essaient par voie diplomatique d'aboutir à un certain règlement dans le futur».

    Il a souligné que n'étant pas d'accord avec la politique de la Commission européenne, certains partis cherchent dores et déjà des alliances avec l'Est, non seulement avec la Russie, mais aussi avec la Hongrie, la République tchèque et la Pologne.

    Parmi les problèmes qui incitent les dirigeants de ces partis à se rapprocher des pays de l'Est figurent, selon lui, la crise migratoire en Europe ainsi que l'intérêt commercial.

    M. Verougstraete affirme donc que le rétablissement de bonnes relations avec la Russie et la levée des sanctions antirusses n'est plus qu'une question du temps.

    «Je pense que le bon sens évoluera dans une bonne direction. Il y a bien assez de partis en Europe qui ne sont pas d'accord avec la politique de la Commission européenne et qu'ils devront aussi changer leur politique et faire des concessions pour aboutir à une idée globale où tout le monde se trouve. Ce n'est pas facile. C'est toujours la même chose dans la politique, il faut avoir beaucoup de temps et de la patience», a-t-il conclu.

    Lire aussi:

    Au Forum de Saint-Pétersbourg, Macron sera «l’avant-garde des pays européens»
    L’Union européenne doit relancer le dialogue avec la Russie
    Le prochain Président des USA travaille déjà à sauver l'Europe du plan secret de la Russie
    Tags:
    frappes, sanctions antirusses, terrorisme, guerre, sanctions, Bachar el-Assad, Occident, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik