Ecoutez Radio Sputnik
    Un F-15 israélien, détails

    Israël menace de frapper Téhéran en cas d'attaque sur Tel Aviv

    © AP Photo / Gregorio Borgia
    International
    URL courte
    42784

    Le ministre israélien de la Défense a promis que son pays effectuerait des frappes sur Téhéran en réponse à une éventuelle attaque militaire visant Tel Aviv.

    En cas d'agression de la part de la République islamique, l'État hébreu répliquera en attaquant Téhéran, a promis le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman.

    «Si l'Iran attaque Tel Aviv, nous frapperons Téhéran», a déclaré M. Lieberman dans un entretien accordé au site d'informations saoudien Elaph, basé à Londres.

    Le ministre a également menacé de détruire «coûte que coûte» toute installation militaire iranienne sur le territoire syrien qui présenterait un danger pour son pays. Dans le même temps, M. Lieberman a espéré qu'un conflit militaire entre les deux pays pourra être évité.

    «Je ne veux attaquer personne et je ne veux combattre personne», a souligné le ministre. Il a en outre prédit l'éventuel «effondrement du régime» en Iran en raison du mécontentement populaire alimenté par la dépense de milliards de rials pour l'«expansion régionale».

    «Tout cela débouchera sur l'effondrement du régime. Je crois que la sortie des États-Unis de l'accord nucléaire provoquerait la chute totale de l'économie iranienne», a expliqué M. Lieberman, qui se trouve actuellement en visite aux États-Unis où il doit s'entretenir avec le conseiller du Président Trump à la sécurité nationale John Bolton et le chef du Pentagone James Mattis.

    Lire aussi:

    Le chef du renseignement militaire israélien prendra part aux négociations avec Choïgou
    Les «bases militaires» iraniennes en Syrie hantent toujours Israël
    Israël empêchera l’Iran de déployer des bases militaires en Syrie
    Tags:
    frappes, conflit, programme nucléaire iranien, Avigdor Liberman, John Bolton, James Mattis, Iran, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik