Ecoutez Radio Sputnik
    Un drapeau de l'Hongrie

    Relations UE-Hongrie: «une stratégie de pourrissement»?

    CC0 / Pixabay
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    10123

    Le ministre hongrois des Affaires étrangères s’est vigoureusement défendu jeudi contre les reproches formulés par les eurodéputés sur les libertés civiles dans le pays, qui déclineraient à mesure que les tensions avec Bruxelles s’accroissent. Rien n’indique que la situation va s’apaiser, nous explique Ferenc Almassy fondateur du Visegrád Post.

    Les tensions politiques s'accroissent entre la Hongrie et l'Union européenne. Le 26 avril, un débat particulièrement houleux a eu lieu au Parlement européen, opposant le ministre hongrois des Affaires étrangères à des députés membres de la commission des libertés civiles et de la justice (LIBE), comme le relate Le Monde dans son édition du 24 avril:

    «Peter Szijjarto, ministre des Affaires étrangères et du Commerce, s'en est très vivement pris à Judith Sargentini, une députée écologiste néerlandaise, auteure, à la demande du Parlement, d'un projet de rapport sur la situation des libertés en Hongrie», indique le quotidien. Le président de la commission, Claude Moraes (travailliste britannique), a dû appeler à «maintenir la dignité» de cette session de travail.

    «À nouveau, une ligne rouge a été franchie», estime Ferenc Almassy, journaliste franco-hongrois, fondateur du Visegrád Post, un média spécialisé dans l'Europe centrale. «C'est loin d'être la première et ce sera loin d'être la dernière.»

    Le Parlement européen estime que Budapest menace l'État de droit. Dans son rapport, Mme Sargentini catalogue les tares du régime de M. Orban, défendeur d'une «démocratie illibérale»: «Menaces sur la liberté des médias; remise en cause de l'indépendance de la justice; attaques régulières contre les organisations non gouvernementales; regain d'antisémitisme; remise en question de certains droits sociaux, etc.» poursuit Le Monde. M. Szijjarto «a contesté en bloc toutes ses affirmations», et déclaré que ce rapport ne comporte «que des mensonges et tout sauf des faits.»

    «Des dérives par rapport à la démocratie libérale? Oui. La Hongrie, dans sa majorité, a appuyé la continuation de cette politique, de mise en place de la démocratie illibérale, c'est-à-dire adaptée à la société hongroise. Ce que rejettent des ONG», convient M. Almassy.

    Dans un projet de résolution, la commission des Libertés civiles du Parlement veut recourir à l'article 7 du traité de Lisbonne qui peut entraîner, à l'issue d'une longue procédure, des sanctions comme la suspension du droit de vote d'un État membre, relate Euronews. L'Europe agite la menace de l'article 7, mais il est peu probable qu'elle l'applique vraiment:

    «Je sais de source sûre que beaucoup de députés, même opposés à la politique hongroise actuelle, sont très prudents sur ce sujet, car ça pourrait être une sorte de boîte de Pandore.», nuance le fondateur du Visegrád Post.

    Une boîte de Pandore qui une fois ouverte, amènerait à des conséquences qui pourraient être «pires»: «Au lieu de ramener la Hongrie dans le rang […], ça pourrait au contraire accroître les fractures qu'ils aimeraient réparer». Le Parlement a déjà adopté, en mai 2017, une résolution en vue du lancement de la procédure contre la Hongrie. En juillet de la même année, la Commission menaçait, elle, la Pologne. Comment expliquer l'attitude de défiance de Bruxelles envers les pays d'Europe centrale?

    «On voit qu'il y a de plus en plus de contraintes imposées, non plus par Moscou, mais par Bruxelles […] et cela ne plaît pas à des élites locales», de pays qui «ont rejoint "le monde libre" dans les années 90» et étaient habitées de «l'espérance de faire partie d'un monde dans lequel les États seraient tous libres et souverains capables de travailler les uns avec les autres.»

    Le Parlement devra désormais décider du sort de ce rapport, qui doit encore être débattu, amendé et voté par trois autres commissions avant d'être transmis au Conseil européen. «Je ne pense pas que les relations vont s'améliorer dans les années à venir», estime Ferenc Almassy.

    «Orban jouit d'une légitimité démocratique incontestable. Ça va être difficile pour l'Union européenne d'affronter frontalement Viktor Orban. Il y aura peut-être une stratégie de pourrissement, en attendant qu'un jour ou l'autre il quitte le pouvoir», conclut le journaliste.

    Lire aussi:

    L’Europe ouvre la voie à des sanctions contre Budapest après un «simulacre de procès»
    Le parlement européen lance la procédure de sanctions contre la Hongrie
    Face aux critiques de l’Onu, la Hongrie dit qu’elle ne sera «jamais un pays de migrants»
    Tags:
    relations, Union européenne (UE), Hongrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik