Ecoutez Radio Sputnik
    Missile de croisière Tomahawk

    Un magazine US prédit le sort des Tomahawk remis par Damas à Moscou

    © AP Photo/ John McCutcheon
    International
    URL courte
    351465

    La partie russe étudierait les Tomahawk remis par Damas à Moscou pour apprendre à les détruire, estime un analyste du magazine américain Popular Mechanics.

    Pentagon
    © Sputnik . David B. Gleason
    Le magazine américain Popular Mechanics a essayé de prédire le sort des missiles Tomahawk remis à la Russie par Damas après les récentes frappes occidentales sur la Syrie. Selon l'édition, Moscou chercherait à étudier les possibilités de destruction de ces missiles.

    «Les émetteurs pourront être testés pour résistance au brouillage, les pièces des propulseurs aideraient à détecter le missile par infrarouges, tandis que les données de navigation pourront être utilisées pour apprendre l'emplacement du radar de protection», écrit le magazine.

    Or, la construction de la plupart des missiles modernes destinés à abattre les cibles de l'ennemi ne permet pas à l'adversaire d'étudier sa structure et ses mécanismes, rappelle Popular Mechanics. Le magazine exprime également des doutes quant à la capacité des systèmes de défense antimissile syriens d'intercepter des missiles occidentaux.

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont effectué des frappes de missiles contre des sites syriens utilisés selon eux pour la production d'armes chimiques.

    Par la suite, le ministère russe de la Défense a organisé une conférence de presse lors de laquelle des fragments d'un missile Tomahawk remis à Moscou par Damas ont été présentés au public.

    Lire aussi:

    Les Tomahawks US aideront Moscou à perfectionner son matériel militaire
    En cas de guerre avec la Russie, l’Otan ferait face à une catastrophe logistique
    Quel sort est réservé aux «missiles intelligents» US qui n’ont pas explosé en Syrie?
    Tags:
    missiles de croisière, frappes, crise syrienne, Tomahawk, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik