International
URL courte
6351
S'abonner

Téhéran pensera à se retirer du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) si le Président américain renonce au Plan global d'action conjoint (JCPOA) sur le nucléaire iranien, selon le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale d'Iran, Ali Chamkhani. Un politologue américain d’origine iranienne donne son avis à Sputnik.

Si les États-Unis mettent leur menace à exécution, l'Iran sortira du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et exigera de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qu'elle rappelle ses inspecteurs et retire toutes ses caméras des sites nucléaires en Iran, a déclaré à Sputnik Alexander Azadegan, professeur de géopolitique à l'Université de Californie et rédacteur en chef du site ImperiaNews.

«Quoi qu'il en soit, l'Europe n'est pas prête à une telle évolution de la situation et ne veut pas du tout renoncer aux avantages que lui a apportés le marché nucléaire avec l'Iran. […] Donald Trump ne se soucie pas de ses alliés européens et agit sous la houlette du lobby israélien à Washington», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

Et de rappeler que l'Europe ne voulait pas de changement de pouvoir en Iran.

«Les Européens souhaitent, quant à eux, la stabilité politique et économique propice à des investissements à long terme en Iran. Mais Trump n'en veut pas, l'Amérique ayant pris goût à des sanctions. Néanmoins, cette politique de bandit ne peut durer à l'infini», a prévenu le politologue.

Et de conclure que la critique occidentale de l'Iran n'était rien d'autre qu'une propagande pure et simple, Téhéran respectant à la lettre tous ses engagements internationaux.

Le Président américain a fixé le 12 mai comme date limite pour s'entendre avec la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni sur la «correction» de l'accord nucléaire afin d'«éviter la sortie des États-Unis» du Plan global d'action conjoint (JCPOA).

Le Plan global d'action conjoint (JCPOA) est un accord signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes: les pays du P5+1: les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni) et l'Allemagne, ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Joachim Son-Forget dément avoir voulu secourir les otages français en Irak avec Alexandre Benalla
Zemmour à Jack Lang: «Vous êtes l’idiot utile des Frères musulmans» - vidéo
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Tags:
politique, propagande, lobby, alliés, engagements, Plan global d'action conjoint (JCPOA), ImperiaNews, Université de Californie, Conseil suprême de sécurité nationale de l’Iran, Sputnik, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Alexander Azadegan, Ali Chamkhani, Donald Trump, Washington, États-Unis, Téhéran, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook