Ecoutez Radio Sputnik
    Benjamin Netanyahu

    Israël donne aux USA un prétexte pour une nouvelle grande guerre

    © REUTERS / Amir Cohen
    International
    URL courte
    14327

    Tard dans la soirée du 30 avril, Benjamin Netanyahu a fait exploser une puissante bombe politique et médiatique.

    Le premier ministre israélien a annoncé en direct à la télévision que les services secrets israéliens avaient mis la main sur d'immenses archives composées de près de 100.000 documents en format papier et numérique prouvant que le programme nucléaire iranien avait une composante militaire secrète sous le nom de code «projet Amad».

    Les travaux sur le «projet Amad» se seraient déroulés de 1999 à 2003 et ont été interrompus à cause de la pression internationale croissante sur l'Iran. Selon Tel-Aviv, l'Iran a enfreint ses engagements internationaux en cachant les informations sur ce programme et en les conservant dans l'espoir de les utiliser par la suite.

    On sait que la rupture de l'accord nucléaire iranien est actuellement l'une des priorités internationales de Donald Trump et de son administration. Le président américain a qualifié plusieurs fois «d'inutile» cet accord, considéré comme l'un des principaux exploits de Barack Obama en politique étrangère, et a promis d'annoncer sa décision définitive à ce sujet d'ici le 12 mai.

    L'agenda chargé des contacts entre les dirigeants des pays les plus influents ces derniers jours (les rencontres de Trump avec les dirigeants de la France et de l'Allemagne, les nombreux entretiens téléphoniques et notamment le contact de Netanyahu avec le président russe) est consacré en grande partie à ce thème. Washington impose la rupture de l'accord, ce à quoi s'opposent les puissances européennes — sans parler de la Russie.

    Compte tenu des relations de Tel-Aviv avec Téhéran, Israël soutient entièrement les USA à ce sujet et, par sa nouvelle démarche, a apporté une grande contribution au renforcement de leurs positions.

    La communauté politique et les experts formulent activement des analyses, des pronostics et simplement des spéculations sur ce nouveau facteur concernant l'Iran et son programme nucléaire. Des avis directement opposés s'affrontent régulièrement — de «il faut encore vérifier la véracité des archives, peut-être est-ce une falsification» à «cette information n'a rien de nouveau parce qu'elle était déjà reflétée dans les documents de l'AIEA datant d'il y a dix ans» en passant par «l'information relayée par Israël a infligé un préjudice fatal à l'accord nucléaire et à la réputation des participants à l'accord, Russie y compris».

    Mais la vérité est probablement bien plus prosaïque: les documents présentés par Israël n'ont aucune signification parce qu'en l'occurrence les faits et la vérité n'ont aucune influence sur les décisions prises par l'Occident.

    La semaine dernière, cela a été montré une fois de plus lors de la conférence de presse organisée par la Russie au siège de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). 17 habitants de Douma y étaient invités, dont les participants à la mise en scène des Casques blancs, mais les USA et leurs partenaires ont tous fermé les yeux, feignant d'ignorer cet événement.

    Ainsi, en rendant hommage au Mossad qui a confirmé une nouvelle fois sa réputation de l'un des meilleurs services de renseignement du monde, on peut noter que Benjamin Netanyahu aurait pu présenter avec le même effet une fiole avec une substance lumineuse en déclarant qu'il s'agissait de l'uranium obtenu par les renseignements israéliens sur un site secret iranien travaillant au développement de l'arme nucléaire.

    L'intrigue de toute cette histoire est ailleurs: Washington parviendra-t-il à forcer les pays européens à renoncer à l'accord nucléaire?

    C'est l'Europe qui est le principal obstacle factuel sur la voie de Trump, et les visites de Macron et de Merkel au Capitole ne leur ont pas fait changer d'avis. Le Vieux Continent renonce obstinément à se sacrifier pour sauver l'économie américaine.

    En fait, les récents événements montrent clairement les changements majeurs dans les relations euro-américaines.

    L'Europe exprime une totale solidarité avec Washington sur des sujets secondaires pour elle (les frappes contre la Syrie en l'absence totale de raison), tout en obtenant ce qu'elle désire dans les affaires réellement importantes (le gazoduc Nord Stream 2).

    L'accord nucléaire iranien est une question cruciale pour l'Europe parce que derrière se trouvent des contrats de plusieurs millions d'euros déjà conclus avec l'Iran et les intérêts des grandes entreprises européennes.

    De cette manière, sans aucun doute, l'information annoncée par Benjamin Netanyahu sera exploitée au maximum par Washington pour obtenir de l'Europe son soutien dans la rupture de l'accord avec Téhéran. Mais en soi, indépendamment de sa réalité et de son importance, cette information n'a aucun poids.

    Par conséquent, le plus intéressant dans cette situation est de savoir si les USA parviendront à persuader leurs partenaires européens. Sinon, cela signifierait que le monde est définitivement entré dans une nouvelle ère.

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: Israël a fourni aux USA un nouveau prétexte pour une guerre d’ampleur?
    «L’inquiétude concernant l'Iran et l’iranophobie est un mensonge et une conspiration»
    Israël accuse l’Iran de dissimuler un programme nucléaire dans ses «archives secrètes»
    Tags:
    guerre, Barack Obama, Benjamin Netanyahu, Iran, États-Unis, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik