Ecoutez Radio Sputnik
    La police britannique près de la maison des Skripal à Salisbury

    L’OIAC dévoile la dose d’agent toxique utilisée dans l’affaire Skripal

    © REUTERS / Hannah McKay
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (100)
    15324

    Entre 50 et 100 grammes d'agent neurotoxique liquide ont été utilisés lors de l'attaque du 4 mars contre l'ancien agent double Sergueï Skripal et sa fille, Ioulia, selon le directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). Une dose qui, selon des experts, aurait suffi à tuer toute la population de Salisbury.

    The New York Times a annoncé jeudi, en se référant au directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), Ahmet Uzumcu, que la dose d'agent toxique utilisée dans l'affaire Skripal était comprise entre 50 et 100 grammes. M.Uzumcu a cependant confié qu'il ne connaissait pas la quantité exacte.

    Le directeur général de l'OIAC a signalé qu'il avait pris des mesures pour ajouter l'agent neurotoxique «Novitchok» (A-234) à la liste des armes chimiques contrôlées par l'OIAC.

    Après cela, les pays signataires de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques devront déclarer sa production ou son stockage au-delà des 5 à 10 grammes nécessaires à la recherche. Ils devront en outre développer un antidote.

    Cependant, le chimiste Léonide Rink, qui est selon certaines versions l'un des créateurs de l'agent toxique A-234, affirme que l'utilisation de 50 à 100 g de l'agent neurotoxique dont parle l'OIAC aurait suffi à tuer l'ensemble de la population de Salisbury. Selon M.Rink, ce fait remet en question l'utilisation de l'agent A-234.

    «C'est un cauchemar! Avec cette quantité, tout Salisbury serait six pieds sous terre. C'est une quantité énorme, pour être utilisée au combat. Je ne peux même pas imaginer combien de personnes peuvent être tuées avec cette quantité », a confié le chimiste à Sputnik.

    Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    D'après le Royaume-Uni, l'agent innervant utilisé A-234 aurait été fabriqué en Russie. Moscou a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a demandé à Londres à plusieurs reprises de lui permettre de participer à cette enquête.

    La fabrication d'une petite quantité d'agent innervant A-230, considéré comme le «Novitchok» par le renseignement militaire, en 2017 dans la ville tchèque de Brno, a été reconnue par le Président de la République tchèque, Milos Zeman.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (100)

    Lire aussi:

    Zakharova parle d’«un grenouillage britannique» autour des Skripal
    De nouveaux détails sur l’état de santé de Sergueï Skripal
    OIAC: à la différence du «Novitchok», l'agent de Salisbury était résistant à la météo
    Tags:
    quantité, A234, OIAC, Ahmet Uzumcu, Salisbury
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik