Ecoutez Radio Sputnik
    Benjamin Netanyahu

    Conflit entre Israël et l’Iran: «mieux vaut maintenant que plus tard», selon Netanyahu

    © REUTERS / Amir Cohen
    International
    URL courte
    14624

    Israël n’acceptera pas «la présence hostile iranienne sur sa frontière nord» et est prêt «à tout scénario» contre l’Iran, bien qu’il ne cherche pas à exacerber les tensions, a déclaré Benjamin Netanyahu lors d’une réunion du gouvernement.

    Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a qualifié le renforcement de la présence militaire iranienne en Syrie d'actions dirigées contre Israël. Selon lui, ces derniers mois les Gardiens de la révolution ont transféré dans la zone du conflit des armes offensives et défensives, drones d'attaque compris, ainsi que des systèmes de défense antiaérienne et des missiles sol-sol.

    «Nous sommes pleins de résolution d'arrêter l'agression iranienne à notre encontre, même si cela signifiera un conflit. Mieux vaut maintenant que plus tard», a martelé le Premier ministre.

    Il a ajouté qu'Israël ne cherchait pas à aggraver la situation, mais était «prêt à tout scénario». Selon lui, les pays qui ne sont pas prêts à «agir opportunément», paient par la suite leurs fautes au prix fort.

    Face «aux efforts iraniens intensifiés en vue de s'implanter militairement en Syrie», la prochaine rencontre avec Vladimir Poutine revêt une importance particulière aux yeux de Benjamin Netanyahu. Tel Aviv a l'intention d'attirer l'attention sur l'inadmissibilité de l'éternisation de la présence iranienne dans la région et s'efforcera de sensibiliser Moscou là-dessus. 

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    présence militaire, Benjamin Netanyahu, Iran, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik