Ecoutez Radio Sputnik
    Prague

    Sergueï Skripal a-t-il eu des contacts avec les services spéciaux tchèques?

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (92)
    2113

    En 2012, l’ex-espion russe, Sergueï Skripal, empoisonné en mars dernier au Royaume-Uni, s’est secrètement rendu à Prague puis s’est entretenu avec des représentants des services spéciaux tchèques au Royaume-Uni, annonce l’hebdomadaire tchèque Respekt.

    L'ex-agent double russe, Sergueï Skripal, a eu des contacts avec des représentants des services spéciaux de la République tchèque, indique l'hebdomadaire tchèque Respekt.

    Après avoir été libéré de sa prison russe en 2010 et s'être installé au Royaume-Uni, Sergueï Skripal a travaillé pour les services de renseignement britannique (MI6).

    Dans le cadre de cette collaboration, «les Britanniques ont autorisé des rencontres entre Skripal et des représentants de services spéciaux de pays partenaires, y compris de la République tchèque. Au moins une fois, en 2012, Skripal s'est rendu à Prague», affirme Respekt.

    Bien qu'il ne soit pas resté dans la capitale tchèque très longtemps, ses contacts avec les services spéciaux locaux ont été fructueux.

    «Selon les informations obtenues par Respekt, au moins une fois, des représentants des services spéciaux tchèques se sont par la suite entretenus avec l'ex-espion russe au Royaume-Uni», ajoute l'hebdomadaire.

    La partie tchèque n'établit pas de lien entre ces faits et l'empoisonnement de Sergueï Skripal.

    Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    D'après le Royaume-Uni, l'agent innervant utilisé A-234 aurait été fabriqué en Russie. Moscou a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a demandé à Londres à plusieurs reprises de lui permettre de participer à cette enquête.

    Le 3 mai, le Président de la République tchèque Milos Zeman a annoncé qu'une petite quantité d'agent innervant A-230, considéré comme «Novitchok» par le renseignement militaire, avait été fabriquée en 2017 dans la ville tchèque de Brno.

    Quatre jours plus tard, le Président du gouvernement thèque, Andrej Babis, a pour sa part affirmé dans un texte rendu public après une rencontre avec des chefs du Service d'information et de sécurité (contre-espionnag) et du renseignement militaire qu'aucune substance du type «Novitchok» n'avait jamais été ni produite, ni étudiée, ni stockée dans le pays.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (92)

    Lire aussi:

    Les rencontres secrètes de Skripal avec des services secrets européens mises à jour
    De nouveaux détails sur l’état de santé de Sergueï Skripal
    La diplomatie russe cite trois mensonges britanniques dans l’affaire Skripal
    Tags:
    services spéciaux, agent toxique, empoisonnement, premier ministre, président, MI6, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Theresa May, Andrej Babis, Milos Zeman, Salisbury, Royaume-Uni, République tchèque, Prague, Londres, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik