International
URL courte
Nucléaire iranien (2018) (38)
24323
S'abonner

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a estimé que l’accord sur le nucléaire iranien n’était «pas mort» malgré la décision des États-Unis de s’en retirer.

La France, qui estime toujours que le Plan global d’action conjoint (JCPOA) peut empêcher Téhéran de se doter d’armes nucléaires, entend rester partie prenante de cet accord, a déclaré dimanche Jean-Yves Le Drian.

Selon le ministre des Affaires étrangères, en visite en Irlande, l’accord «n’est pas mort» et la France va respecter ses clauses.

Dans une interview accordée le 10 mai dernier au quotidien Le Parisien, dont la version intégrale a été mise en ligne sur le site officiel du quai d’Orsay, le ministre avait déclaré que l’accord de 2015 ne pouvait pas être considéré comme caduc après le retrait des États-Unis.

«Il a d’autres signataires. Les Européens ont réaffirmé avec force leur volonté d’y rester. Il y a aussi les Chinois et les Russes et les Iraniens», a-t-il précisé.

Et d’ajouter que les Européens n’ont pas à payer pour le retrait d’un accord par les États-Unis, auxquels ils avaient eux-mêmes contribué. 

«Entre Européens, nous devons mettre en place les mesures nécessaires pour protéger les intérêts de nos entreprises et entamer des négociations avec Washington sur ce sujet», a noté le ministre.

Le Président Trump a annoncé le 8 mai dernier le retrait des États-Unis de l’accord JCPOA de 2015 et le rétablissement des sanctions américaines contre l’Iran.

Dossier:
Nucléaire iranien (2018) (38)

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Togo: surpris en train de profaner une tombe, un «féticheur» a été brûlé vif
Rencontre Biden-Poutine: «les Américains ont compris que leur politique russophobe était allée trop loin»
Tags:
programme nucléaire iranien, Plan global d'action conjoint (JCPOA), Jean-Yves Le Drian, Europe, États-Unis, Iran, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook