Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    Raffarin propose un G4 sans le Royaume-Uni pour résoudre la question du nucléaire iranien

    © Sputnik . Vladimir Fedorenko
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    15242

    Dans une interview accordée à RTL le 14 mai dernier, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a estimé que la sortie de Washington de l'accord sur le nucléaire iranien ne remettait pas en question le besoin de «protéger cet accord» et a proposé pour ce faire un G4 rassemblant Paris, Berlin, Moscou et Pékin.

    L'accord sur le nucléaire iranien est au cœur de l'agenda international depuis que Donald Trump a annoncé que les États-Unis s'en retiraient. Pourtant, en Europe, de nombreuses voix s'élèvent pour défendre le fruit d'une des plus âpres négociations de la diplomatie contemporaine.

    C'est par exemple le cas de Jean-Pierre Raffarin. Le 14 mai dernier, sur RTL, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac s'est prononcé en faveur d'un nouveau format de discussion pour aborder le dossier du nucléaire iranien.

    Excluant de l'équation Londres et Washington, Jean-Pierre Raffarin a défendu un «G4» composé de la France, de l'Allemagne, de la Russie et de la Chine pour dialoguer avec Téhéran.

    S'il reconnaît que nous sommes «dans une situation extrêmement dangereuse», l'ancien Premier ministre en attribue la responsabilité à l'Iran qui «a menacé Israël» sans pour autant dédouaner les Etats-Unis dont il fustigeait «la décision unilatérale, facteur de guerre».

    Opposant à la décision unilatérale de Donald Trump un ordre mondial fondé sur la multipolarité, Jean-Pierre Raffarin estime qu'il «faut protéger cet accord» en regroupant les «pays qui ont des visions communes sur le sujet», c'est-à-dire la France, l'Allemagne, la Russie et la Chine.

    Si la position de Donald Trump l'exclut de fait d'un format de discussion prévu pour sauvegarder l'accord actuel, il est plus difficile de comprendre pourquoi l'ancien Premier ministre n'a pas inclus dans son raisonnement le Royaume-Uni.

    Une explication possible est que l'ancien Premier ministre doute de la volonté de Londres de défendre l'accord existant sur la question du nucléaire iranien alors même qu'il prône un «accord eurasiatique».

    «Cela veut dire qu'il faut absolument dégager un position commune et un grand accord eurasiatique […] Il faut des idées nouvelles: cette dorsale euro-asiatique, il faut la fonder.» 

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: pour Alliot-Marie, «l’Europe doit exercer une réelle pression»
    Poutine: «Alors Macron? De toute façon ce sera mieux... Mais moins bien qu'avec Chirac!»
    Diplomatie iranienne: en rompant l’accord sur le nucléaire, les USA deviendront des parias
    Tags:
    programme nucléaire iranien, Jean-Pierre Raffarin, Royaume-Uni, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik