Ecoutez Radio Sputnik
    Le pont de Crimée en chantier dans le détroit de Kertch

    Un hebdomadaire américain propose à l’Ukraine «de faire sauter» le pont de Crimée

    © Sputnik . Alexey Kudenko
    International
    URL courte
    755136

    L’auteur d’un article publié dans l’hebdomadaire américain Washington Examiner après l’inauguration du pont de Crimée propose à l’Ukraine un plan d’action détaillé et d’une simplicité absolue: aller «faire sauter» le pont russe. La rédactrice en chef de Sputnik et de RT Margarita Simonian a commenté cet appel à une escalade de la situation.

    Margarita Simonian, rédactrice en chef de l'agence d'information Sputnik et de la chaîne de télévision RT, a réagi à un article paru dans le magazine en ligne américain Washington Examiner, dont l'auteur appelle l'Ukraine à effectuer des frappes aériennes contre le pont de Crimée:

    «L'hebdomadaire américain Washington Examiner a publié un article contenant un appel à bombarder le pont de Crimée. Encore une fois. Un média américain appelle à frapper, depuis l'air, notre pont.»

    «L'auteur propose même un mode d'emploi détaillé pour effectuer au mieux cette frappe. S'il n'est pas possible de détruire le pont entier, il sera au moins possible d'y paralyser temporairement la circulation. J'ai tout dit», a écrit Margarita Simonian sur son compte Twitter.

    L'article paru dans Washington Examiner s'intitule «L'Ukraine devrait faire sauter le pont de Crimée de Poutine». Son auteur, Tom Rogan, qualifie l'ouvrage d'art de «scandaleux affront à la crédibilité de l'Ukraine en tant que nation» et estime que l'Ukraine devrait détruire des éléments de ce pont.

    L'auteur souligne qu'«heureusement l'Ukraine a des moyens pour lancer des tirs contre le pont de sorte que celui-ci soit au moins inutilisable.» Du fait de sa longueur importante, les forces aériennes ukrainiennes peuvent frapper le pont en minimisant les risques de faire de victimes parmi ceux qui l'empruntent, poursuit l'auteur de l'article. Selon lui, la destruction du pont provoquerait «extrêmement probablement» une escalade de la situation, mais Kiev enverrait à Moscou un «signal clair» que les Ukrainiens n'acceptent pas d'atteinte à son territoire.

    Le pont de Crimée, qui relie la péninsule au reste du territoire russe par le détroit de Kertch, a été inauguré ce mardi 15 mai, en présence du chef de l'État Vladimir Poutine.

    Le Président russe a été le premier à traverser en 16 minutes le pont de Crimée à la tête d'une colonne de 30 camions qui devait tester sa résistance.

    Le pont de Crimée, qui relie la Crimée et le territoire de Krasnodar est le plus long en Russie avec ses 19 kilomètres. Le chantier a été lancé en février 2016. La structure du pont repose sur 7.000 pieux et 595 pylônes. Au total, la construction du pont a utilisé tellement de fer, que ce serait suffisant pour ériger 32 fois la Tour Eiffel.

    La capacité du pont est estimée à 40.000 véhicules par jour et 47 trains dans chacun des deux sens par jour (14 millions de passagers et 13 millions de tonnes de fret par an). La vitesse maximale autorisée sur le pont est de 90 km/h.

    Lire aussi:

    «Détruire» le pont de Crimée? Zakharova répond au député ukrainien
    Le nombre de véhicules ayant déjà utilisé le pont de Crimée à midi révélé
    Google Maps reconnaît enfin l'existence du pont de Crimée
    Tags:
    pont, Crimée, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik