Ecoutez Radio Sputnik
    Total

    L'Iran signe un accord pétrolier avec une entreprise UK comme Total quitte l'accord

    © AFP 2018 FRED DUFOUR
    International
    URL courte
    681787

    L'Iran signe un accord pétrolier avec une entreprise britannique comme le groupe français Total quitte l'accord, relate la télévision d'État iranienne.

    Téhéran a signé un accord avec un consortium britannique afin de développer le domaine pétrolier juste après que l'entreprise française Total a annoncé le retrait de son projet gazier en Iran, selon la télévision d'État iranienne.

    Des représentants du Pergas International Consortium britannique et de la société nationale iranienne du pétrole NISOC ont signé mercredi un accord préliminaire portant sur un partenariat en présence de l'ambassadeur britannique à Téhéran.

    Il est prévu que le projet implique un investissement d'un milliard de dollars afin de produire 200.000 barils de pétrole brut par jour pendant la décennie à venir dans le champ pétrolifère de Karanj, découvert il y a 55 ans et qui produit actuellement 120.000 barils par jour.

    L'entreprise pétrolière et gazière française Total a décidé de renoncer à son projet de plusieurs milliards de dollars en Iran à moins que les autorités américaines ne lui accordent une dérogation.

    Le groupe a déclaré mercredi, dans un communiqué, qu'il ne pouvait «se permettre d'être exposé à aucune sanction secondaire», y compris une perte de financements de la part de banques américaines.

    Total souhaite que les autorités américaines et françaises examinent la possibilité d'un projet spécifique de dérogation.

    Interrogé sur l'éventuel retrait de Total d'un projet en Iran, le Président français en visite à Sofia au lendemain d'une discussion sur le sujet entre les 28 pays de l'UE a répondu: «Les entreprises de taille mondiale font des choix qui leur sont propres en fonction des intérêts qui sont les leurs».

    «Nous n'allons pas devenir des alliés de l'Iran contre les États-Unis. Et nous n'allons pas déclencher une guerre commerciale avec les États-Unis sur l'Iran ou contre-sanctionner des entreprises américaines», a-t-il déclaré lors de la conférence.

    Le Président français a en outre indiqué que l'intérêt premier de l'UE «commercial ou d'entreprises, il n'est pas de prendre parti pour tel ou tel camp, il est d'assurer la stabilité».

    Lire aussi:

    Qui pourrait remplacer Total dans le projet gazier en Iran?
    Donald Trump énonce son verdict à l'Europe
    L’Iran fixe le délai durant lequel Total doit décider s’il reste dans le pays
    Tags:
    gisements de pétrole, pétrole, National Iranian South Oil Company (NISOC), Pergas Consortium, Total, Royaume-Uni, Iran, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik