International
URL courte
10279
S'abonner

Les pays ayant initié la frappe de missiles sur la Syrie veulent forcer l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) à formuler n'importe quelle allégation à l'encontre de Damas, a annoncé ce jeudi le ministère russe de la Défense.

Washington veut transformer l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) en instrument de manipulation, un instrument de pressions politiques sur la Syrie, explique le ministère russe de la Défense.

«Le but ultime de cette pression sur les autorités et sur les pays membres de l'OIAC est de transformer cette organisation en un instrument politique contrôlé par les États-Unis», indique le ministère dans un communiqué.

Le ministère de la Défense a en outre fait noter que les «initiateurs de la frappe de missiles voulaient forcer l'OIAC à formuler toute accusation à l'encontre de Damas. Puis s'en servir comme d’un prétexte pour doter de nouveaux pouvoirs cet organe jusqu’à présent purement technique, d’une "mission d'établissement des faits", et pour désigner de nouveaux "responsables" qui se substitueront au mécanisme conjoint d'enquête sur les attaques chimiques en Syrie qui s'est discrédité et a cessé de fonctionner en 2017».

Moscou juge énigmatique le rapport de l'OIAC sur l'«attaque chimique» du 4 février

Le ministère russe de la Défense juge en outre que le rapport de l'OIAC sur «l'attaque chimique» du 4 février à Saraqeb, dans le gouvernorat d'Idlib, provoque une profonde perplexité. Et de souligner que du rapport en question on apprenait que les experts ne pouvaient pas être et n'étaient pas sur les lieux de l'attaque chimique présumée, Idlib se trouvant sous le contrôle d'organisations terroristes.

Du rapport, on apprend que toutes «les preuves possédées par l'OIAC sont des photos de bidons, des messages sur WhatsApp et des "échantillons" du sol transmis par des "activistes" anonymes», a fait noter le ministère de la Défense.

«L'essentiel est que dans le rapport il soit clairement indiqué que toutes les informations sur l'attaque chimique présumée aient été reçues à distance de la part d’"ONG" et, avant tout, des tristement célèbres Casques blancs», est-il souligné.

Et de conclure qu'il paraît que l'OIAC ne dispose d'aucune preuve convaincante de l'implication de Damas dans l'«attaque chimique» à Douma qui a servi de prétexte pour la frappe de missiles menée par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni sur la Syrie.

Lire aussi:

L’incident avec la marine russe près de la Crimée filmé depuis le destroyer britannique – vidéo
Des ossements retrouvés près du domicile de Lucas Tronche, adolescent disparu en 2015 dans le Gard
Moscou met en garde l’Otan contre des conséquences «imprévisibles» après l’incident avec la Royal Navy
Un TGV ciblé par des tirs à Marseille
Tags:
instrumentalisation, allégations, attaque chimique, preuves, ONG, Casques blancs syriens, OIAC, ministère russe de la Défense, Douma, Idlib, Royaume-Uni, Syrie, France, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook