International
URL courte
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)
4280
S'abonner

Le Kremlin a réagi à la première vidéo enregistrée par Ioulia Skripal depuis son empoisonnement à Salisbury le 4 mars dernier Selon le porte-parole du Président russe, la fiabilité de des informations transmises par Ioulia doit être mise en question, car cette déclaration aurait pu être faite sous la contrainte.

Les déclarations de Ioulia Skripal doivent être vérifiées pour s'assurer qu'elles sont faites volontairement, a déclaré le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, lors d'une interview accordée à la chaîne NTV.

«La Convention de Vienne n'a pas encore été observée par la partie britannique jusqu'à présent, la Russie n'a pas reçu d'accès consulaire à Ioulia Skripal. En outre, nous ne pouvons pas savoir exactement dans quel état elle se trouve, si une pression a été exercée sur elle, le lieu où elle se trouve, si elle a fait des déclarations et si ces déclarations ont été faites volontairement», a indiqué Dmitri Peslov.

Selon le porte-parole de Vladimir Poutine, la fiabilité des informations transmises par Ioulia est mise en question, étant donné que «tout cela se produit dans le contexte d'une provocation gigantesque et inégalée de la part des Britanniques».

Dans le premier message vidéo qu'elle a enregistré depuis son empoisonnement pour l'agence d'information Reuters, Ioulia Skripal a déclaré qu'elle comptait rentrer en Russie. Elle a également mentionné l'aide que l'Ambassade de Russie à Londres lui avait proposée, mais a fait savoir qu'elle ne voulait pas pour l'instant avoir recours à ses services.

Selon l'Ambassade de Russie à Londres, au moment de l'enregistrement Ioulia lisait un texte rédigé à l'avance et traduit de l'anglais en russe.

Le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille avaient été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury en Angleterre. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

Dossier:
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
En continu: Joe Biden ne pense pas que Poutine «aspire à une guerre Froide avec les États-Unis»
Castex annonce la levée du couvre-feu et la fin du port du masque en extérieur
Sommet Poutine-Biden: l’adhésion au principe de tous perdants en cas de guerre nucléaire confirmée
Tags:
empoisonnement, Convention de Vienne sur les relations consulaires (1963), Theresa May, Dmitri Peskov, Ioulia Skripal, Salisbury, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook