International
URL courte
9512267
S'abonner

Les États-Unis ont mis le gouvernement syrien en garde contre une éventuelle offensive dans le sud-ouest du pays, qui d’après Washington peut mettre en péril le cessez-le-feu en vigueur dans cette zone.

Les États-Unis ont averti vendredi la Syrie qu'ils prendraient des «mesures fermes et appropriées» en réponse à une éventuelle offensive de l'armée dans le sud-ouest du pays, où se trouve la zone de désescalade de Deraa.

«Nous mettons également en garde le régime syrien contre toute action qui pourrait rompre le cessez-le-feu», a précisé la porte-parole du Département d'État Heather Nauert. Ce cessez-le-feu a été réaffirmé par Donald Trump et Vladimir Poutine lors d'une rencontre en novembre.

«En tant que garants de cette zone de désescalade avec la Russie et la Jordanie, les États-Unis prendront des mesures fermes et appropriées en réponse aux violations de Bachar el-Assad», a t-elle ajouté.

La province syrienne de Deraa est majoritairement contrôlée par des formations armées illégales. Une source militaire et diplomatique a plus tôt affirmé que le Front al-Nosra* aux côtés de l'Armée syrienne libre étendait les territoires sous leur contrôle dans le sud de la Syrie en vue de créer dans la zone une autonomie sous tutelle américaine.

Toujours selon cette source, les djihadistes préparaient une attaque coordonnée contre l'armée dans les trois provinces du sud syrien. Leur offensive serait déclenchée par la violation du cessez-le-feu par les troupes gouvernementales ou des «provocations aux armes chimiques».

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Tags:
zone de désescalade, offensive, cessez-le-feu, Deraa, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook