Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Made in Turkey: Macron, le dindon de la farce «liberté de la presse» face à Erdogan?

    © REUTERS / Wolfgang Rattay
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    696124

    La Une du dernier numéro du Point, qualifiant le Président Erdogan de «dictateur» a provoqué la colère de certains membres de la diaspora turque en France. Intimidations et pressions ont eu raison d’affiches publicitaires dans le sud du pays et la polémique enfle. Macron s’est exprimé pour défendre la «liberté de la presse», mais un peu tard.

    La rédaction de l'hebdomadaire Le Point n'avait sans doute pas anticipé que la Une de son numéro paru le 24 mai deviendrait aussi polémique. Le portrait du Président turc, Recep Tayyip Erdogan, accompagné de la mention «Le Dictateur» a provoqué la colère d'une partie de la diaspora turque en France.

    Dès le lendemain, plusieurs kiosquiers ont fait l'objet de pressions de la part d'immigrés turcs présents en France favorables à Erdogan. Au Pontet, dans la banlieue d'Avignon, mais aussi à Valence, des groupes de militants ont réussi à obtenir le retrait de la Une des espaces publicitaires de kiosques, comme le montrent ces images, largement relayées sur les réseaux sociaux:

    ​Remises par l'exploitant publicitaire, les Unes ont dû être gardées par des forces de police et ont depuis été détournées ou dégradées. Dans un article publié sur son propre site et daté du 27 mai, Le Point a dénoncé ces attaques et a fait état de pressions avant même la parution de l'hebdomadaire.

    «Après une semaine de harcèlement, d'insultes, d'intimidations, d'injures antisémites et de menaces à notre attention sur les réseaux sociaux, voici venu le moment où les sympathisants de l'AKP s'attaquent au symbole de la liberté d'expression et de la pluralité de la presse», pouvait-on lire sur le site du Point.

    C'est seulement suite à cette dénonciation que la classe politique a réagi. La députée LR des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer, a été l'une des premières à s'exprimer pour dénoncer la «"diplomatie" de la menace et du harcèlement» du chef d'État turc. Le maire de Nice, lui, s'opposait à la «tyrannie communautaire» exprimée et adressait son soutien à la rédaction du Point.

    Si le reste du spectre politique, de Marine Le Pen à Emmanuel Macron, se sont exprimés pour défendre «la liberté de la presse», le sénateur des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi, appelait à condamner fermement les auteurs des pressions envers les kiosquiers pour «éviter la contagion».

    ​S'exprimant via Twitter le 28 mai, le Président de la République rappelait que «la liberté de la presse n'a pas de prix: sans elle, c'est la dictature».

    ​Une belle déclaration de principe, mais qui est intervenue alors que les affiches concernées avaient déjà été enlevées, remises puis détériorées à nouveau…

    Lire aussi:

    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    liberté de la presse, Le Point, Emmanuel Macron, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik