International
URL courte
18500
S'abonner

La présence de la Russie dans le G8 est nécessaire pour créer une contre-puissance aux États-Unis, qui imposent leur politique aux autres membres, estime une députée au Bundestag.

Il faut ramener la Russie dans le G8, a indiqué Sahra Wagenknecht, députée au Bundestag et membre du parti de gauche Die Linke, dans une interview à la station de radio Deutschlandfunk.

C'est nécessaire pour y former une contre-puissance, voire une contre-politique face aux États-Unis, auxquels sont actuellement subordonnés les pays du G7, estime la députée.

«Nous avons également besoin de la Russie pour résoudre les problèmes. Je veux dire, nous avons exclu la Russie du G8. Maintenant, le problème est que les États-Unis appliquent une politique dont les six autres ne veulent pas», a-t-elle précisé.

L'Europe est intéressée par le fait d'entretenir de bonnes relations avec la Russie, souligne Mme Wagenknecht. Telle a traditionnellement été la politique étrangère allemande, depuis l'époque de Willy Brandt, de vivre en bon voisinage avec la Russie, même à l'époque de l'Union soviétique, où il y avait beaucoup plus de différences idéologiques entre les deux pays, selon elle. «Et je pense que nous devrions revenir à cette politique.»

Déjà en 2016, Sahra Wagenknecht avait qualifié d'erronée la décision d'exclure la Russie du G8 (devenu G7 qui comprend actuellement l'Allemagne, les États-Unis, le Canada, le Japon, la France, le Royaume-Uni et l'Italie). La Russie en faisait partie depuis 1998 mais en a été exclue après le rattachement de la Crimée.

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Hommage à George Floyd: 1.500 manifestants et des heurts à Rouen - images
Tags:
G7, Sahra Wagenknecht, Allemagne, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook