Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Face à la polémique sur la vidéo anti-Bouteflika, la pirouette de l’ambassadeur de l’UE

    © AFP 2018 FAROUK BATICHE
    International
    URL courte
    Safwene Grira
    19918

    À Alger qui lui demandait de «se démarquer publiquement» d’une vidéo hostile au Président Bouteflika, tournée au siège du Parlement européen, l’ambassadeur de l’UE en Algérie a réussi une acrobatie diplomatique plutôt habile.

    Alger a repris la main sur le dossier de la vidéo controversée de la journaliste Layla Haddad. Après un communiqué diffusé, vendredi 1er juin par son ambassade à Bruxelles, c'est le ministère des Affaires étrangères lui-même qui est entré en jeu: dimanche 3 juin, l'ambassadeur de l'Union européenne (UE) à Alger, John O'Rourk, a été convoqué par le secrétaire général du département, où un haut responsable a émis

    «le vœu que l'Union européenne se démarque publiquement de cette manœuvre et […] que des actions concrètes soient prises contre les agissements irresponsables de la contrevenante», note le communiqué, cité par l'agence de presse officielle algérienne, APS.

    Pour les «actions concrètes», Alger devra faire sans, à en croire le mini compte-rendu posté par l'ambassadeur européen sur Twitter au terme de son entrevue. Sur le démarquage, en revanche, les Algériens ont obtenu satisfaction. «Les journalistes accrédités auprès des institutions européennes ne parlent pas au nom des institutions», a ainsi souligné le diplomate européen, avant de poser, malicieusement, les limites du démarquage: les journalistes en question s'expriment «en ligne avec les principes de liberté d'expression et liberté des médias».

    ​Manœuvre habile, à laquelle s'attendait la diplomatie algérienne qui, en mesurant le poids des mots, exigeait un démarquage plutôt qu'une dénonciation ou une condamnation qu'elle n'aurait, du reste, jamais obtenue. En cause, une certaine tradition européenne, la nature des relations entre les deux parties… et les insinuations ambivalentes contenues dans la contre-attaque de l'ambassade algérienne à Bruxelles.

    Dans un communiqué réagissant à la diffusion de cette vidéo, la représentation diplomatique algérienne s'en est en effet prise à la journaliste et aux présumés acteurs qui seraient derrière elle. «Plume mercenaire», «considérations mercantiles», «puissances étrangères»… les qualificatifs insinuant une malveillance européenne n'ont pas manqué. Le communiqué des Affaires étrangères précisera, quant à lui, que la journaliste est une «ressortissante belge».

    ​Le rapprochement est vite fait, en tout cas, chez beaucoup d'Algériens, qui décèleront «la main des Européens» dans ce nouveau «complot» ourdi contre leur pays. On sort alors les vieux dossiers, à l'affût du moindre indice accréditant cette thèse. On rappelle que Layla Haddad est connue pour entretenir «d'excellentes relations avec l'UE», relevait déjà en 2013, L'Expression. Elle se trouve actuellement à la tête d'un projet d'une station de télévision «soutenue par l'Union européenne», précise, pour sa part, Le Matin d'Algérie.

    De son côté, Layla Haddad s'est défendue contre «toute arrière-pensée». Elle s'est néanmoins félicitée que son «cri du cœur» atteigne un nombre de consultations record, dépassant largement les 5 millions de vues et fasse «chavirer le régime».

    Le 31 mai, Layla Haddad journaliste algérienne accréditée auprès de l'UE, adressait, depuis le siège du Parlement européen, un appel au Président Bouteflika à ne pas se représenter à un cinquième mandat. Particulièrement virulent, et non moins éloquent, son discours a provoqué des réactions en chaîne sur la toile et les médias algériens, entre approbations et condamnations.

    «Vous voilà assis sur une chaise roulante, le regard hagard et la bouche béante […] vous n'êtes plus qu'un amas de chair, immobile exposé au monde en dépit du mépris de toute une nation […] les barons du régime, dont fait partie votre propre frère, se sont arrogés le droit de disposer de vous […] vous ne devez plus tolérer d'être traité comme un objet […] Votre fonction vous a donné un immense droit, y compris de gracier des criminels et des voleurs, demandez-leur de vous gracier à votre tour», distillait Layla Haddad dans un discours manifestement lu depuis un prompteur.

    Layla Haddad joint sa voix à d'autres ayant appelé le Président Bouteflika à ne pas se représenter à l'élection présidentielle de 2019. Ces injonctions se multiplient à mesure que de fortes présomptions renforcent l'hypothèse d'un cinquième mandat que le Président, très affaibli depuis 2013, pourrait briguer en avril prochain.

    Lire aussi:

    L’UE regrette l’incident de la vidéo ayant ciblé le Président Bouteflika
    Utiliser des symboles de l’UE contre l’Algérie «transgresse les règles de la morale»
    Abdelaziz Bouteflika clôt la polémique sur la vacance de la présidence algérienne
    Tags:
    diplomatie, vidéo, polémique, Union européenne (UE), Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik