Ecoutez Radio Sputnik
    Lingots d'or

    Poursuivi pour corruption, un ex-ministre des Finances paie sa caution en lingots d'or

    © Sputnik . Vitaliy Bezrukikh
    International
    URL courte
    11200

    Visé par une enquête pour corruption, l'ancien ministre roumain des Finances publiques a sacrifié trois lingots d'or pour payer une partie de sa caution fixée à un million d'euros.

    Pour prouver son innocence dans une affaire de corruption et dissiper tout soupçon, quoi de mieux que de payer sa caution en lingots d'or: c'est exactement ce qu'a fait l'ex-ministre roumain des Finances publiques Sebastian Vladescu, visé par une enquête de la Direction nationale anticorruption (DNA).

    Selon les procureurs, M.Vladescu et d'autres responsables roumains ont reçu entre 2005 et 2014 pour 20 millions d'euros de pots-de-vin d'une entreprise étrangère. L'ancien ministre des Finances publiques (2005-2007, 2009-2010) est quant à lui soupçonné d'avoir reçu 3,2 millions d'euros en échange de divers faveurs, indique la DNA.

    Dans un geste digne de Trimalcion, Sebastian Vladescu a apporté trois lingots d'or pour payer une partie sa caution d'un million d'euros. La valeur totale du métal précieux s'élève à 110.000 EUR, tandis que le reste du montant a été payé en liquide et en cautions immobilières.

    Ces dernières années, la Direction nationale anticorruption a multiplié les poursuites contre des responsables et élus locaux et nationaux dans un pays considéré comme étant gangréné par la corruption. Au total, près de 2.000 hommes et femmes politiques et hauts fonctionnaires font actuellement l'objet d'une enquête pour corruption en Roumanie.

    Lire aussi:

    Corruption en Arabie saoudite: qui bénéficiera des biens confisqués par l’État?
    L’Onu dévoile le montant des pots-de-vin dans le monde
    Lutte anticorruption: l'exemple allemand
    Tags:
    or, pot de vin, lutte contre la corruption, corruption, Direction nationale anticorruption (DNA), Sebastian Vladescu, Roumanie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik