International
URL courte
8220
S'abonner

Les tempêtes ne se calment toujours que provisoirement au parlement ukrainien. Les députés de la Rada ont de nouveau organisé une bagarre pendant une de leurs séances.

Quoi de neuf à la Rada? Une question tout ce qu'il y a de plus rhétorique puisque la réponse est connue d'avance: une nouvelle bagarre. Les députés ukrainiens Iouri Bereza et Alexandre Doljenkov ont déclenché une rixe pendant la séance du 8 juin.

Sur cette vidéo, on peut voir comment M.Bereza se précipite vers son collègue du «Bloc d'opposition» et l'attrape par le col de sa veste. D'autres parlementaires ont séparé les fauteurs de troubles puis M.Bereza a quitté la salle.

Rappelons que ce n'est pas la première fois que le parlement ukrainien se transforme en ring.

Par exemple en octobre 2017, des députés de la Rada se sont battus lors de l'examen du projet de loi sur la réintégration du Donbass. Les députés du parti ukrainien Samopomitch et plusieurs députés indépendants ont ainsi bloqué le présidium du parlement. D'autres ont essayé de les en empêcher et une bagarre s'en est suivie.

Un mois avant, un paquet de biscottes était la pomme de discorde entre des députés de Rada. 

 En mai 2016, des députés se sont battus en raison de l'intervention d'un député du Bloc d'opposition, Alexandre Vilkoul, en russe. 

En décembre 2015, les ministres ont tenté de faire descendre violemment descendre le chef du gouvernement de l'époque Arseni Iatseniouk de la tribune. L'initiative spectaculaire a donné lieu à une bagarre. 

Lire aussi:

«D’autres vaccins sont plus efficaces» qu’AstraZeneca: un début de revirement pour Macron?
Des policiers de plusieurs départements de France attaqués dans la nuit de samedi à dimanche
«Chasseurs de nuit», «crocodiles» et «cygne blanc»: les surprises du défilé aérien militaire à Moscou – images
Où est la France dans la liste des pays européens avec la plus grande part de leur population vaccinée?
Tags:
bagarre, situation en Ukraine, députés, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook